May 31, 2018 / 8:43 PM / 25 days ago

Le bijoutier de Nice condamné à 5 ans de prison avec sursis

NICE (Reuters) - La cour d’assises des Alpes-Maritimes a condamné mercredi un bijoutier de Nice, Stéphane Turk, à cinq ans de prison avec sursis pour violences volontaires avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

La cour d'assises des Alpes-Maritimes a condamné mercredi un bijoutier de Nice, Stéphane Turk (assis à l'arrière de la voiture, quittant le tribunal en 2013), à cinq ans de prison avec sursis pour violences volontaires avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard

Les jurés n’ont pas retenu la thèse de la légitime défense avancée depuis le début de l’affaire par le commerçant victime d’un hold up, qui avait tué d’un tir de pistolet automatique l’un de ses deux assaillants - un délinquant multirécidiviste de 19 ans -, juste après le braquage de sa boutique le 11 septembre 2013.

La cour a requalifié les faits au bénéficie du doute quant à son intention de tuer, a expliqué le président de la cour, Patrick Véron, à l’annonce du verdict.

L’avocat du bijoutier, Me Franck De Vita, a annoncé que son client ne ferait pas appel.

Les soeurs et la compagne de la victime, très émues, ont quitté le tribunal rapidement.

“Elles ne sont pas insatisfaites de cette décision”, a déclaré Me Philippe Soussi, l’un des trois avocats des parties civiles.

“La peine n’est pas l’affaire des parties civiles. Ce que je retiens c’est qu’on avait fait de ce dossier le symbole de la légitime défense. Dans une société civilisée (...) il n’y a pas de place à la vengeance privée et à l’autodéfense”.

Ce fait divers avait provoqué une intense émotion, notamment exprimée sur les réseaux sociaux. Quelque 1,6 million d’internautes avaient ainsi approuvé une page de soutien au bijoutier diffusée sur Facebook.

Plusieurs personnalités politiques, dont le maire de Nice Christian Estrosi et des élus locaux du Front national, avaient réclamé un débat sur la question de la légitime défense.

Matthias Galante, édité par Elizabeth Pineau

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below