May 31, 2018 / 10:27 AM / 3 months ago

Castaner justifie les propos sur le "benchmarking" des migrants

PARIS (Reuters) - Le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, a justifié jeudi des déclarations controversées de Gérard Collomb sur les migrants qui feraient du “benchmarking” pour sélectionneur leur terre d’accueil.

Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, a justifié jeudi des déclarations controversées de Gérard Collomb sur les migrants qui feraient du "benchmarking" pour sélectionneur leur terre d'accueil. /Photo prise le 15 novembre 2017/REUTERS/Benoit Tessier

Les propos tenus mercredi par le ministre de l’Intérieur devant une commission du Sénat ont suscité un malaise à gauche mais aussi au sein de la majorité.

“Puis-je vous dire, Monsieur le président, qu’il n’y a pas que le Sénat qui fait du benchmarking mais que les migrants aussi font un peu de benchmarking pour regarder les législations à travers l’Europe qui sont les plus fragiles”, a déclaré l’ancien socialiste devant les sénateurs.

Gérard Collomb a emprunté là un terme au vocabulaire de l’entreprise qui désigne une étude comparative.

“C’est une évidence que les passeurs, que les migrants se parlent entre eux”, a réagi Christophe Castaner sur BFM TV.

“On sait bien qu’il ne faut pas faire un appel d’air parce que sinon, si on dit ‘en France, il n’y a pas de souci pour avoir ses papiers’, vous verrez que le migrant viendra plutôt en France”, a ajouté l’ex-porte-parole du gouvernement.

Interrogé sur France Inter, le député de la République en marche (LaRem) Gabriel Attal a tenté d’éluder la question avant de livrer une version toute différente.

“S’il y a un benchmark qui est fait aujourd’hui par les migrants, il est assez simple : c’est mourir chez eux ou survivre ailleurs, c’est se faire mettre en esclavage en Libye ou risquer leur vie en méditerranée”, a-t-il jugé.

La métaphore de Gérard Collomb fait écho à une polémique déclenchée au début du mois par la ministre chargée des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, qui avait parlé de “shopping de l’asile” avant d’exprimer des regrets.

Simon Carraud, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below