May 31, 2018 / 7:02 AM / 4 months ago

L'inflation accélère avec les prix du pétrole en mai

PARIS (Reuters) - Le rythme de l’inflation sur un an a nettement accéléré à 2,0% en mai en France, son plus haut niveau depuis août 2012, sous l’effet de la hausse du pétrole et, dans une moindre mesure, des produits alimentaires, selon une première estimation publiée jeudi par l’Insee.

Le rythme de l'inflation sur un an a nettement accéléré à 2,0% en mai en France, son plus haut niveau depuis août 2012, sous l'effet de la hausse du pétrole et, dans une moindre mesure, des produits alimentaires. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard

Par comparaison, il s’élevait à 1,6% pour les douze mois à fin avril.

L’indice des prix harmonisés IPCH, qui permet les comparaisons avec les autres pays de la zone euro, s’inscrit quant à lui en hausse de 2,3% sur un an (après +1,8% fin avril), dépassant les attentes des économistes interrogés par Reuters, qui tablaient sur +2,0% en moyenne. Il s’agit là encore de son rythme le plus élevé depuis le mois d’août 2012.

Avec une inflation estimée à 2,2% ce mois-ci, l’Allemagne a également surpassé les attentes des économistes.

France et Allemagne dépassent ainsi l’objectif d’une inflation “proche de mais inférieure à 2%” de la Banque centrale européenne pour la zone euro, même si la hausse actuelle est nourrie par des éléments très volatils comme les prix du pétrole.

Cette accélération conforte les arguments des plus rigoristes au sein de la BCE, et parmi eux Jens Weidmann, le patron de la Bundesbank, qui veulent que son programme d’achats d’actifs cesse cette année et voient les taux de la banque centrale commencer à remonter vers la mi-2019.

Sur le seul mois de mai, l’évolution de l’indice des prix à la consommation IPC comme de l’indice IPCH a été positive de 0,4% contre 0,2% en avril.

“Cette croissance plus soutenue proviendrait de celle des prix des produits énergétiques en lien avec le

dynamisme des cours du pétrole”, souligne l’Insee.

Les prix du pétrole ont atteint en mai des plus hauts depuis fin 2014 avant de se replier légèrement en fin de mois.

“Les prix alimentaires seraient en hausse plus marquée que le mois précédent, de même que les prix des produits manufacturés. Les prix des services augmenteraient au même rythme que le mois précédent et les prix du tabac reculeraient après une stabilité en avril”, indique encore l’institut.

L’indice des prix à la consommation définitif de mai, le seul valable pour les indexations de contrats privés, rentes viagères, pensions alimentaires ou l’évolution du SMIC, sera diffusé le 14 juin.

Yann Le Guernigou

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below