May 30, 2018 / 7:51 AM / 6 months ago

Un sondage confirme une poussée de la Ligue en Italie

Le secrétaire fédéral de la Ligue italienne, Matteo Salvini. La Ligue, formation de l'extrême droite italienne, effectue une spectaculaire poussée dans les intentions de vote avec un gain de huit points par rapport à son résultat aux élections législatives du 4 mars, confirme un sondage publié mercredi. /Photo prise le 24 mai 2018/REUTERS/Yara Nardi

ROME (Reuters) - La Ligue, formation de l’extrême droite italienne, effectue une spectaculaire poussée dans les intentions de vote avec un gain de huit points par rapport à son résultat aux élections législatives du 4 mars, confirme un sondage publié mercredi.

Le parti de Matteo Salvini est crédité de 25,4% des intentions de vote contre 18% lors du scrutin qui n’a pas permis de dégager une majorité claire à la Chambre des députés et au Sénat.

L’enquête d’opinion Ipsos pour le Corriere della Sera montre que le Mouvement 5 Etoiles (M5S, populiste) reste stable dans les intentions de vote avec environ 32,6% contre 32% au mois de mars.

Une enquête publiée lundi montrait que la Ligue effectuait un bond de dix points à 27,5% tandis que le M5S reculait de trois points à 29,5%.

Dans les deux cas, les deux formations qui se sont entendues sur un programme de gouvernement disposeraient de la majorité au parlement si elles acceptaient d’unir leurs forces lors de législatives anticipées.

La Ligue et le M5S s’étaient mis d’accord sur le nom de Giuseppe Conte, un professeur de droit novice en politique, pour devenir président du Conseil et former le nouveau gouvernement italien.

Conte a renoncé à cette tâche après le refus du président de la République Sergio Mattarella d’approuver la nomination au poste de ministre de l’Economie de Paolo Savona, 81 ans, un économiste eurosceptique.

Le président Mattarella a confié à l’ancien économiste du Fonds monétaire international (FMI), Carlo Cottarelli, la charge de constituer un gouvernement intérimaire de techniciens afin de préparer le budget 2019.

Plusieurs sources politiques indiquaient mardi que Cottarelli pourrait se récuser et le chef de l’Etat n’aurait pas d’autre choix que de dissoudre le Parlement dans les prochains jours. Des élections anticipées pourraient avoir lieu dès le 29 juillet.

Philip Pullella; Pierre Sérisier pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below