May 28, 2018 / 11:47 AM / 5 months ago

Pas de baisse additionnelle des impôts de production en 2019

PARIS (Reuters) - Le redressement des comptes publics souhaité par le gouvernement empêche d’envisager une baisse additionnelle des impôts de production l’an prochain mais une diminution peut-être espérée par la suite, a déclaré lundi Edouard Philippe.

Le redressement des comptes publics souhaité par le gouvernement empêche d'envisager une baisse additionnelle des impôts de production l'an prochain mais une diminution peut-être espérée par la suite, a déclaré lundi Edouard Philippe. /Photo prise le 17 avril 2018/REUTERS/Philippe Wojazer

Les baisses déjà prévues pour l’an prochain représenteront plus de 1,5 milliard d’euros d’ici à la fin du quinquennat, a souligné le Premier ministre après une réunion du comité exécutif du Conseil National de l’Industrie (CNI).

Le gouvernement partage le diagnostic d’une mission dédiée qui met en évidence le poids particulier en France de ces impôts, qui limitent la compétitivité-coût de nos entreprises et leur capacité d’investissement, a-t-il ajouté.

“Nous sommes dans un environnement contraint, nous nous sommes déjà engagés sur des diminutions de fiscalité pour les entreprises et pour les particuliers”, a déclaré Edouard Philippe.

“Au fur et à mesure que des marges de manoeuvre se dégageront (...) nous pourrions nous engager à réduire d’autant ou dans une certaine proportion la fiscalité de production. C’est clairement dans cette perspective que nous nous plaçons”, a-t-il poursuivi.

“Je ne crois pas que la loi de finances initiale pour 2019 puisse aller très au-delà de ce que j’ai indiqué. Mais le travail est en cours de réflexion, de transformation, de marges de manoeuvre qui peut peut-être laisser espérer des avancées par la suite”, a encore déclaré le chef du gouvernement.

Toute évolution des impôts locaux, notamment de la Contribution foncière des entreprises (CFE), devra être concertée avec les collectivités et cohérente avec la réforme globale de la fiscalité locale, a-t-il également souligné.

Le Premier ministre a dans le même temps annoncé que 670 millions d’euros seraient consacrés cette année à 148.700 entrées en formation, dont une part significative pour les métiers en tension dans l’industrie : chaudronniers, soudeurs, usineurs, mécatroniciens, électroniciens, conducteurs de ligne, etc.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below