May 23, 2018 / 4:16 PM / 4 months ago

Collomb prépare l'évacuation de campements de migrants à Paris

PARIS (Reuters) - Le ministre de l’Intérieur a annoncé mercredi qu’il avait demandé l’évacuation des campements de migrants de Paris où vivent aujourd’hui plus de 2.300 personnes, une mesure saluée par la mairie de la capitale, qui se dit enfin entendue.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a annoncé mercredi qu'il avait demandé l'évacuation des campements de migrants de Paris où vivent aujourd'hui plus de 2.300 personnes, une mesure saluée par la mairie de la capitale, qui se dit enfin entendue. /Photo prise le 21 février 2018/REUTERS/Stéphane Mahé

Dans un communiqué, Gérard Collomb regrette le refus de la Ville de Paris de demander l’évacuation de son domaine public. Il dit avoir demandé au préfet de police de Paris et au préfet d’Ile-de-France de “pallier cette carence” de “concevoir les modalités d’une opération” à mener “à bref délai”.

Il s’agit, précise le communiqué, de faire face à des “enjeux humanitaires qui ne sont plus supportables pour les Parisiens” en conciliant “les exigences de la mise à l’abri et de l’application du droit des étrangers”.

Ce sera la 35e opération de ce genre depuis 2015, avec plus de 28.000 personnes concernées au total, souligne le ministère.

“Cette situation se répétera indéfiniment si des mesures ne sont pas prises par les autorités locales pour éviter que les campements ne se reconstituent”, ajoute-t-il.

“Dans la préparation de cette opération, le rôle de la Ville de Paris sera essentiel, car si les campements se reconstituent, cette 35e opération n’aura servi à rien.” 

Dans un communiqué, la mairie de Paris “accueille favorablement cette décision”, tout en notant qu’elle confirme “que l’Etat n’a pas besoin d’une décision de justice pour intervenir”.

“Au-delà de la résorption des campements existants, il est essentiel que l’Etat mette également en place des dispositifs pérennes et fluides d’accueil et de prise en charge des migrants qui arrivent à Paris et dans l’ensemble de la France”, poursuit la ville, citant notamment la question des personnes dites “dublinées” relevant de la compétence de l’Etat.

“Sans cela, de nouveaux campements apparaîtront très vite dans les rues de la capitale. Et il est évident qu’aucune barrière, aucun aménagement public, ne pourra empêcher cela”, ajoute la mairie.

Les migrants se concentrent le long des canaux Saint-Martin et Saint-Denis à Paris dans des campements précaires de tentes où règne la violence, une situation d’”urgence absolue” pour le directeur général de l’association d’aide aux migrants France Terre d’asile, Pierre Henry (pour un reportage)

Quelque 40% des demandeurs d’asile se retrouvent en Ile-de-France, la ville de Paris ne comptant que 2% des places d’hébergement et les personnes évacuées l’étant vers la périphérie parisienne ou les départements voisins, explique le ministère de l’Intérieur.

“Il convient donc de penser le problème parisien dans une logique d’ensemble qui permette de faire respecter la loi républicaine en matière d’asile et d’immigration”, ajoute-t-il.

La question de l’accueil des migrants et des campements sauvages dans lesquels ils s’installent à Paris est un sujet de tension récurrent entre Gérard Collomb et la maire socialiste de la capitale, Anne Hidalgo.

Emmanuel Jarry, avec Julie Carriat, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below