May 18, 2018 / 5:21 PM / 4 months ago

Nicolas Hulot sonne l'alerte pour la biodiversité

MARSEILLE (Reuters) - Nicolas Hulot a “sonné le tocsin” vendredi, à Marseille, lors de la présentation des grands axes de son futur plan biodiversité destiné à lutter contre l’évolution inquiétante des espaces naturels et des espèces animales.

Nicolas Hulot a "sonné le tocsin" vendredi, à Marseille, lors de la présentation des grands axes de son futur plan biodiversité destiné à lutter contre l'évolution inquiétante des espaces naturels et des espèces animales. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

“Je veux sonner le tocsin et lancer ce cri de mobilisation générale. Chacun doit prendre sa part de responsabilité”, a déclaré le ministre de la Transition écologique.

Le détail de ce plan, qui doit faire l’objet d’une concertation avec les citoyens, les associations et les scientifiques, sera présenté en juillet, a-t-il précisé.

“Le Premier ministre a accepté de réunir un comité interministériel sur la biodiversité début juillet pour faire la démonstration que c’est un sujet sociétal qui doit s’appréhender de manière transversale”, a dit Nicolas Hulot, en précisant sa volonté de réunir ce comité à “plusieurs reprises”.

Evoquant une “heure de vérité” pour l’humanité, il a formé le voeu que la France devienne l’un des chefs de file en la matière. “Maintenant il faut passer des mots aux actes.”

Le ministre a décliné plusieurs axes de son plan, comme ceux consistant à “redonner sa place à la nature y compris en ville”, à stopper la réduction des espaces naturels notamment par une “sanctuarisation” des terres agricoles ou encore à parvenir à zéro artificialisation nette des sols.

“RÉCONCILIER L’ÉCONOMIE ET L’ÉCOLOGIE”

Dans son rapport 2017, l’Observatoire national de la biodiversité a estimé que l’artificialisation des sols avait détruit en France métropolitaine 67.000 hectares chaque année en moyenne entre 2006 et 2014.

Nicolas Hulot a par ailleurs dit vouloir intensifier les mesures de protection des espaces naturels et des espèces animales, créer de nouveaux parcs nationaux - dont un premier parc marin dans les eaux internationales - ou agrandir le plus possible avant 2021 les réserves naturelles existantes.

L’ex-animateur de télévision, qui laisse planer le suspense sur son maintien au gouvernement, veut aussi réconcilier économie et écologie, un “changement de logique” qu’Emmanuel Macron souhaiterait selon lui voir entrer en vigueur avant 2023.

“Ce plan doit être capable, à l’horizon 2030, de permettre de ne plus détruire la nature et d’être le réparateur du vivant. Ce n’est pas une question d’ambition mais une question de survie”, a encore déclaré Nicolas Hulot.

Selon lui, Emmanuel Macron a acté que l’enjeu de la biodiversité ferait “partie des thèmes majeurs” déclinés au sommet du G7, que la France doit accueillir en 2020.

Dans l’édition 2017 de son rapport, l’Observatoire national de la biodiversité note une “évolution inquiétante des espèces et un état mitigé des milieux naturels”, tout en confirmant la “richesse exceptionnelle” du patrimoine français avec 16.773 espèces endémiques.

Il souligne aussi la régression d’environ un quart des populations d’oiseaux communs entre 1989 et 2015 et la disparition de près de la moitié des populations de chauves-souris entre 2006 et 2014.

La France et l’Union internationale pour la conservation de la nature ont officialisé vendredi la tenue à Marseille, en juin 2020, du Congrès mondial de la nature.

Jean-François Rosnoblet, édité par Simon Carraud

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below