May 16, 2018 / 9:30 AM / a month ago

Bayrou appelle Macron à rectifier l'équilibre des réformes

PARIS (Reuters) - François Bayrou appelle le chef de l’Etat appelle à infléchir sans tarder une première année où l’équilibre du “en même temps” n’a selon lui pas été perçu par les Français, dans une interview au journal Sud Ouest publiée mercredi.

François Bayrou appelle le chef de l'Etat appelle à infléchir sans tarder une première année où l'équilibre du "en même temps" n'a selon lui pas été perçu par les Français. /Photo prise le 18 novembre 2017/REUTERS/Emmanuel Foudrot

“Cette dernière année, cet équilibre n’a pas été perçu”, estime le Président du MoDem, allié discret de la majorité présidentielle, qui dément pour autant qu’Emmanuel Macron soit le président des riches.

“Les Français ont été davantage frappés par l’annonce simultanée des facilités accordées aux investisseurs et des efforts demandés à d’autres parties de la population”, explique-t-il.

“Par exemple, la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), annoncée en même temps que la décision inopportune de diminuer les aides personnalisées au logement. Il n’y avait pas besoin de sortir de Polytechnique pour deviner les effets que cela aurait au sein de la population française”, estime-t-il.

Pour rétablir l’équilibre des réformes, François Bayrou préconise d’instaurer sans tarder des mesures de participation et d’intéressement dans les entreprises, et d’”ensuite reprendre le dossier des heures supplémentaires, soit sous le mode défiscalisation, soit en allégeant les charges sociales”.

“La France est un pays explosé, avec une rupture, plus profonde qu’elle n’a jamais existé, entre le ‘haut’ et la base de la société”, met en garde le maire de Pau, dont le ralliement en pleine campagne présidentielle a contribué à faire élire Emmanuel Macron il y a un an.

Le centriste salue par ailleurs la réforme de la SNCF en cours, la jugeant “vitale pour le pays”, et la suppression de la taxe d’habitation d’ici 2021 pour l’ensemble des Français tout en appelant à compenser le manque à gagner pour les communes, pourquoi pas par l’allocation d’une partie de la TVA.

“La taxe d’habitation, c’est 20 milliards, un point de TVA, c’est 12 milliards, vous voyez qu’on n’est pas loin”, dit-il.

Julie Carriat, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below