May 15, 2018 / 5:28 AM / 7 months ago

Morts à Gaza pendant l'ouverture de l'ambassade US à Jérusalem

GAZA/JERUSALEM (Reuters) - Des dizaines de manifestants palestiniens ont été tués lundi par l’armée israélienne à la frontière avec la bande de Gaza, jour du 70e anniversaire de la création de l’Etat d’Israël et de l’inauguration de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem.

Des dizaines de manifestants palestiniens ont été tués lundi par l'armée israélienne à la frontière avec la bande de Gaza, jour du 70e anniversaire de la création de l'Etat d'Israël et de l'inauguration de l'ambassade des Etats-Unis à Jérusalem. /Photo prise le 14 mai 2018/REUTERS/Amir Cohen

Le mouvement de protestation palestinien, qui dure depuis des semaines, doit culminer ce mardi, jour que les Palestiniens appellent la “Nakba” (la “Catastrophe”), qui marque le départ de centaines de milliers d’entre eux, expulsés ou fuyant les combats, lors de la création de l’Etat d’Israël en 1948.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a déclaré une grève générale pour mardi dans les territoires palestiniens.

Lundi a été le jour le plus sanglant pour les Palestiniens depuis 2014 lors de la guerre entre Israël et le Hamas, le mouvement islamiste qui dirige la bande de Gaza : 58 manifestants ont été tués et 2.700 blessés, selon un bilan fourni par le ministère palestinien de la Santé.

Ce bain de sang a suscité la réprobation. Emmanuel Macron a condamné ces violences lors d’entretiens téléphoniques avec le roi Abdallah II de Jordanie et le président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Le président français doit s’entretenir mardi avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Le Premier ministre turc Binali Yildirim a parlé de “crimes contre l’humanité”.

Les Etats-Unis n’ont pas voulu se joindre à la réprobation. La Maison blanche a apporté son soutien à Benjamin Netanyahu qui a estimé qu’Israël avait “l’obligation de défendre ses frontières”.

“L’organisation terroriste Hamas dit vouloir détruire Israël et envoie des milliers (de personnes) pour ouvrir une brèche dans la clôture de sécurité et parvenir à ses fins. Nous continuerons d’agir avec détermination pour protéger notre souveraineté et nos citoyens”, a ajouté le Premier ministre israélien.

“INDIGNATION ET TRISTESSE”

Le Hamas a démenti être l’instigateur des violences. Mais la Maison blanche est allé dans le sens de Benjamin Netanyahu. “La responsabilité de ces morts tragiques est directement le fait du Hamas. Le Hamas a provoqué à dessein et cyniquement cette réaction”, a déclaré le porte-parole de la maison blanche, Raj Shah, à la presse.

En contraste à la violence qui régnait à la frontière entre Israël et la bande de Gaza, les Américains ont inauguré la nouvelle ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, conformément à la décision annoncée en décembre dernier par Donald Trump de reconnaître la ville trois fois sainte comme capitale de l’Etat d’Israël. Benjamin Netanyahu a remercié le président américain d’”avoir eu le courage de tenir [ses] promesses”.

Les Palestiniens, soutenus par une grande partie de la communauté internationale, souhaitent faire de Jérusalem-Est la capitale de leur futur Etat, qui comprendra aussi la Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Or, Israël considère la totalité de la ville, y compris sa partie Est, dont elle s’est emparée en 1967 et qu’elle a ensuite annexée, comme sa “capitale éternelle et indivisible”.

La plupart des pays n’ont pas suivi la décision des Etats-Unis de transférer leur ambassade parce qu’ils estiment que le statut de Jérusalem doit être déterminé par un accord de paix définitif et que transférer leurs ambassades serait préjudiciable à un tel accord. Les pourparlers de paix israélo-palestiniens sont au point mort depuis 2014.

Donald Trump n’a pas assisté à la cérémonie. Il était représenté par sa fille Ivanka et par son gendre Jared Kushner. Dans un message enregistré, le président américain s’est dit déterminé à rechercher la paix entre Israéliens et Palestiniens.

Lundi, les Etats-Unis ont bloqué au Conseil de sécurité des Nations unies un texte rédigé par le Koweït qui exprimait “indignation et tristesse pour la mort de civils palestiniens” et appelait à une enquête indépendante et transparente.

“Ces crimes de guerre ne doivent pas rester impunis. La communauté internationale a la responsabilité de fournir une protection internationale au peuple palestinien”, a déclaré le responsable palestinien Saëb Erekat qui a fait partie de toutes les équipes de négociateurs avec Israël.

L’administration Trump dit avoir quasiment achevé de mettre au point un nouveau plan de paix palestinien mais dit ne pas avoir pris de décision sur le moment de sa présentation.

Avec Alex Winning, Steve Holland, Yara Bayoumy, Doina Chiacu, Phil Stewart et Ori Lewis; Danielle Rouquié pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below