March 15, 2018 / 2:26 PM / 4 months ago

Les partenaires sociaux décideront des "règles" de l'Unedic

PARIS (Reuters) - Le gouvernement entend laisser aux partenaires sociaux le soin de décider des “règles” au sein de l’Unedic, dont la gouvernance doit être réformée dans le prochain projet de loi social, a déclaré jeudi la ministre du Travail Muriel Pénicaud.

Le gouvernement entend laisser aux partenaires sociaux le soin de décider des "règles" au sein de l'Unedic, dont la gouvernance doit être réformée dans le prochain projet de loi social, a déclaré jeudi la ministre du Travail Muriel Pénicaud. /Photo prise le 15 novembre 2017/REUTERS/Gonzalo Fuentes

Les partenaires sociaux ont manifesté leur inquiétude quant à la réforme de l’assurance chômage qui doit être présentée au conseil des ministre durant la deuxième quinzaine d’avril et qui prévoit, en plus de l’intégration de certains démissionnaires et indépendants au régime, une refonte de sa gouvernance.

“Qu’est-ce que font les partenaires sociaux au sein de l’Unedic? (...) Ils définissent les règles. Les règles, c’est le taux d’indemnisation, la durée d’indemnisation, les modalités d’indemnisation. Ça me parait essentiel que patronat et syndicats puissent discuter de ce sujet”, a dit Muriel Pénicaud, lors du “Grand RDV” de l’Association des journalistes de l’information sociale (AJIS).

Dans son programme présidentiel, Emmanuel Macron a prévenu que l’État prendrait “en charge le pilotage” de l’assurance chômage, tout en promettant d’y associer les partenaires sociaux qui la gèrent depuis sa création.

Il a déjà modifié la structure de financement du régime en remplaçant les revenus provenant des cotisations salariales par ceux de la CSG (contribution sociale généralisée).

Les partenaires sociaux, qui ont signé un accord en vue de la réforme, veulent conserver une “négociation paritaire” qui permette de “définir en toute autonomie les règles d’indemnisation et le niveau de ressources nécessaires du régime”. Ils estiment également que le régime devrait se passer “à terme” de la garantie financière accordée par l’Etat.

Le président du Medef, Pierre Gattaz, a fait savoir qu’il préférait que l’organisation patronale quitte la gouvernance de l’Unedic plutôt que de suivre des directives qui ne lui conviennent pas.

“Notre participation au nouveau système n’est pas forcément gagnée d’avance. Nous ne resterons pas obligatoirement si nous ne sommes que spectateurs d’un système ingouvernable”, a-t-il dit.

La ministre du Travail recevra lundi après-midi les partenaires sociaux pour leur présenter ses arbitrages sur ce sujet ainsi que celui du renforcement du contrôle des chômeurs.

Elle a déjà fait savoir le 2 mars que le nombre de contrôleurs de Pôle emploi passerait de 200 à 600 agents d’ici fin 2018 par redéploiement interne et que l’accompagnement de chômeurs serait “plus rapide et personnalisé”.

Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below