March 13, 2018 / 12:47 PM / 3 months ago

Le vignoble de Bordeaux veut en finir avec les pesticides

BORDEAUX (Reuters) - Les viticulteurs du Bordelais ont affiché mardi leur volonté de réduire progressivement l’usage des pesticides avant d’y renoncer complètement, sous la pression d’une opinion publique de plus en plus exigeante sur l’inocuité des produits.

Les viticulteurs du Bordelais ont affiché mardi leur volonté de réduire progressivement l’usage des pesticides avant d'y renoncer complètement, sous la pression d’une opinion publique de plus en plus exigeante sur l'inocuité des produits. /Photo d'archives/REUTERS/Regis Duvignau

Cet engagement a été pris au moment où le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB) annonçait que les exportations de vins de Bordeaux étaient reparties à la hausse en 2017 après trois années de repli.

“Parce que l’actualité récente nous y invite, je tiens à réaffirmer devant vous l’engagement de la filière des vins de Bordeaux en matière de développement durable”, a indiqué le président du CIVB, Allan Sichel, dans un discours.

Même si les viticulteurs affirment que les quantités retrouvées dans le vin sont en dessous des limites légales, l’utilisation massives des pesticides dans les vignes pose des questions pour le vin lui-même, mais aussi pour la santé des ouvriers agricoles et des habitants.

En novembre 2016, deux propriétés viticoles en appellation Côtes de Bourg ont été mises en examen pour des épandages de produits phytosanitaires soupçonnés d’être à l’origine de malaises et de nausées dans une école primaire en mai 2014.

Citant les chiffres de la DRAAF (Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt), Allan Sichel a indiqué mardi que les ventes en Gironde de pesticides classés CMR1 (contenant des agents chimiques qui a moyen ou long terme ont des effets cancérogènes, mutagènes ou toxiques) avaient baissé de 55% entre 2014 et 2016.

“En 2016, les produits bio représentent 35% du tonnage total des ventes en Gironde de produits de protection du vignoble, a-t-il ajouté, estimant que les chiffres 2017 et 2018 devraient confirmer l’ampleur de ces progrès.

“En 2017, 60% de nos surfaces sont cultivées sous couvert d’une démarche environnementale contre 55% en 2016 et 45% en 2015. Notre objectif est d’entraîner 100% du vignoble.”

Les exportations de vins de Bordeaux sont reparties à la hausse en 2017 après trois années de repli avec une progression de 7% en volume et de 14% en valeur par rapport à 2016 pour atteindre 2,17 millions d’hectolitres (290 millions de bouteilles) expédiés pour un chiffre d’affaires de plus de 2,02 milliards d’euros, a par ailleurs annoncé mardi le CIVB.

     La Chine, première destination, a été le premier contributeur à cette hausse en important en 2017 pour 397 millions d’euros (+23%) de Bordeaux.

Les exportations vers l’Union européenne ont enregistré une légère progression en volume avec 97 millions de bouteilles (+2%) mais forte en valeur de 538 millions d’euros (+16%).

La Belgique reste d’ailleurs la deuxième destination pour la viticulture girondine derrière la Chine, avec 27 millions de bouteilles (+5%) pour une valeur de 113 millions d’euros (+13%), devant le Royaume-Uni et l’Allemagne.

Claude Canellas, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below