March 12, 2018 / 4:25 PM / 7 months ago

Les familles de journalistes tués à Homs réclament justice

PARIS (Reuters) - Les familles des journalistes Rémi Ochlik et Marie Colvin, tués il y a six ans en Syrie dans un bombardement imputé au régime de Bachar al Assad, et des rescapés ont réclamé lundi la délivrance “sans délai” de mandats d’arrêts internationaux à l’encontre des responsables présumés.

Les familles des journalistes Rémi Ochlik et Marie Colvin, tués il y a six ans en Syrie dans un bombardement imputé au régime de Bachar al Assad, et des rescapés ont réclamé lundi la délivrance "sans délai" de mandats d’arrêts internationaux à l'encontre des responsables présumés. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

“Les éléments à disposition de la justice française ne laissent plus de doute sur le caractère prémédité et ciblé de l’attaque, ni sur l’identité de plusieurs de ses auteurs présumés, membres de la haute hiérarchie militaire et sécuritaire syrienne”, écrit la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) dans un communiqué.

“Pourtant, la justice française n’a procédé à ce jour à aucune inculpation”, ajoute l’ONG. “La FIDH, plusieurs rescapés des attaques et les familles des journalistes assassinés à Homs demandent que des mandats d’arrêts internationaux soient délivrés sans délai à l’encontre des présumés responsables ciblés par la procédure.”

La FIDH pointe notamment la responsabilité de Maher al Assad, frère du président syrien et commandant de la 4e division blindée, d’Ali Mamluk, chef des services secrets syriens et de Rafik Shahadah, alors chef du comité militaire et de la sécurité à Homs.

Le photographe français Remi Ochlik et la reporter de guerre américaine Marie Colvin ont été tués le 22 février 2012 dans le bombardement d’un centre de presse improvisé à Bab Amro, bastion de la rébellion dans la ville de Homs. Trois autres journalistes - Wael Al-Omar, Edith Bouvier et Paul Conroy - ont été blessés.

En France, une information judiciaire a été ouverte en 2013 pour “homicide involontaire” sur Rémi Ochlik et “tentative d’homicide” sur Edith Bouvier. Le dossier d’instruction a été transmis en 2014 au pôle “crimes de guerre et crimes contre l’humanité”.

La famille de Marie Colvin a porté plainte en 2016 aux Etats-Unis contre le régime de Bachar al Assad qu’elle a accusé d’avoir “délibérément, et avec préméditation, tué (la journaliste) en déclenchant un bombardement ciblé”.

Le président syrien avait réagi à ce dépôt de plainte en estimant que Marie Colvin était “responsable” de sa propre mort, soulignant que la journaliste était “entrée illégalement en Syrie” où elle avait “”travaillé avec les terroristes”.

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below