March 6, 2018 / 6:23 PM / 7 months ago

Manifestations multiples pour la venue de Macron à Agen

BORDEAUX (Reuters) - Avocats, personnels des prisons, adversaires du 80 km/h sur les routes secondaires, militants de La France insoumise et ... pro-Palestiniens : la présence d’Emmanuel Macron mardi à Agen (Lot-et-Garonne) a provoqué de multiples actions de revendication.

Avocats, personnels des prisons, adversaires du 80 km/h sur les routes secondaires, militants de La France insoumise et... pro-Palestiniens : la présence d’Emmanuel Macron mardi à Agen (Lot-et-Garonne) a provoqué de multiples actions de revendication. /Photo prise le 6 mars 2018/REUTERS/Mehdi Fedouach

Les avocats du barreau d’Agen, qui avaient reçu la veille le soutien des magistrats et des greffiers, ont bloqué la cour d’assises de la ville dès le début de matinée pour protester contre la réforme en gestation de la carte judiciaire.

Ils craignent que leur cour d’appel ne perde une partie de ses attributions dans la nouvelle carte judiciaire et regrettent que la concertation sur ce sujet annoncée par la ministre de la Justice Nicole Belloubet, présente mardi à Agen au côté d’Emmanuel Macron, n’ait jamais eu lieu.

“La ministre de la Justice s’était engagée à venir dans les régions pour rencontrer les personnels concernés par la réforme”, a dit à la presse Me Laurent Bruneau, représentant du Syndicat des avocats de France (SAF).    

Toujours dans le domaine judiciaire, les représentants CGT du personnel Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) du Lot-et-Garonne ont publié un communiqué pour dénoncer leurs conditions de travail, “une réalité bien éloignée d’un service public digne de ce nom et des annonces faites par le candidat Macron il y a un an”.

“Loin des 40 dossiers par agent préconisé par le Président pendant sa campagne, la réalité est plus douloureuse : un agent peut ainsi se retrouver avec plus de 130 personnes à suivre !!!”, indique le communiqué.

Dans un tout autre domaine, moins d’une centaine de motards se sont rassemblés à l’appel de la Fédération française des motards en colère (FFMC) à une centaine de mètres de l’Ecole nationale de l’administration pénitentiaire (ENAP), où se rendait le chef de l’Etat, pour protester contre la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires et dénoncer la porte fermée du préfet malgré plusieurs manifestations massives dans les rues d’Agen ces dernières semaines.

Faute de pouvoir s’approcher du chef de l’Etat, une quinzaine de membres de La France insoumise se sont réunis à la mi-journée sur la place des Droits de l’Homme pour lancer une “alerte démocratique” et dénoncer la politique d’Emmanuel Macron en faveur des handicapés.

Une poignée de militants de Palestine 47 ont quant à eux réclamé bruyamment mais loin du chef de l’Etat que celui-ci intervienne pour la libération de l’avocat Salah Hamouri emprisonné en Israël.

Claude Canellas, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below