February 23, 2018 / 2:50 PM / 8 months ago

La France opte pour une "approche large" de la radicalisation

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a présenté vendredi un nouveau plan contre la radicalisation comportant un éventail de mesures dans des domaines aussi divers que l’éducation, le sport et la justice, une méthode à rebours de celle privilégiée jusque-là.

Tel que l’a présenté Edouard Philippe à Lille, ce plan ne se réduit pas, comme le voulait la doctrine élaborée à partir de 2014, à la lutte contre le seul risque terroriste mais a pour ambition d’endiguer la radicalisation au sens large.

Symboliquement entouré d’une dizaine de ministres, le chef du gouvernement a ainsi plaidé pour une “approche large” de la question, passant par 60 mesures hétéroclites.

“Cette radicalisation islamiste menace notre société, pas seulement quand elle conduit à la violence, elle nous défie en vérité à chaque fois que les lois de la République sont mises en balance avec les préceptes religieux”, a-t-il justifié.

Ce changement de stratégie s’explique en partie par l’évolution du contexte puisque le rétrécissement du territoire sous la coupe du groupe Etat islamique (EI) au Moyen-Orient a réduit la menace venant de l’extérieur mais, parallèlement, les enjeux ont changé de nature à l’intérieur des frontières avec la fin des flux de départs.

Un volet entier du “plan national de prévention de la radicalisation” est donc consacré à l’éducation.

L’exécutif compte notamment mieux former les écoliers au “discernement” et au “libre arbitre”.

CONTRÔLE DES ÉCOLES PRIVÉES HORS CONTRAT

“Nous allons systématiser cet exercice de réflexion critique face à l’information et au flux d’information auquel l’ensemble de la société peut avoir accès afin de permettre aux élèves de se prémunir en particulier contre les théories complotistes”, a déclaré Edouard Philippe.

Les contrôles seront par ailleurs renforcés dans les établissements privés hors contrat, qui accueillent une part marginale mais croissante des élèves scolarisés en France - 74.000 sur 12 millions, selon le gouvernement.

A cette fin, le ministère de l’Education nationale constituera à partir de la rentrée prochaine des équipes d’inspecteurs spécialement dédiés.

Dans le même esprit, l’exécutif tente d’obtenir des acteurs d’internet qu’ils s’engagent à retirer dans l’heure les contenus illicites, faute de quoi la France soutiendra dans les mois à venir “une initiative législative européenne”, selon les mots employés par Edouard Philippe.

Le Premier ministre a annoncé qu’il allait signer des décrets permettant d’écarter de leurs fonctions des fonctionnaires ou des militaires travaillant dans des secteurs sensibles “dont le comportement serait devenu incompatible avec l’exercice de ces fonctions”.

POINT DÉLICAT DE LA “DÉRADICALISATION”

Le plan prévoit également des dispositifs contre la “déradicalisation”, un point délicat tant les mesures adoptées jusque-là en la matière ont montré leurs limites, voire abouti à un échec complet.

Le chef du gouvernement a lui-même déclaré que le terme était “peu approprié car nul ne dispose d’une formule magique”, une allusion aux personnalités qui se sont fait fort ces dernières années de désendoctriner les djihadistes en puissance.

Cependant, trois “centres de jour assurant une prise en charge individualisée et pluridisciplinaire” de “publics radicalisés sous main de justice” seront ouverts à titre expérimental, à Marseille, Lyon et Lille.

Mille cinq cents places de prison vont en outre être créées pour les détenus radicalisés dans des quartiers qui se veulent étanches, dont 450 d’ici à la fin de l’année 2018.

Une prise en charge avec un soutien psychologique sera organisée pour les mineurs de retour d’Irak et de Syrie - 68 à ce jour, dont les trois quarts sont âgés de moins de huit ans.

“Ce combat va être mené par l’Etat mais l’Etat ne peut pas le gagner seul. Il ne pourra pas le mener et le gagner sans les musulmans de France”, a déclaré Edouard Philippe. “Lutter contre la radicalisation islamiste, c’est lutter contre ceux qui veulent faire croire que l’islam ne serait pas compatible avec la République.”

Le gouvernement a d’ores et déjà mis en musique le versant sécuritaire de sa politique avec l’adoption, en octobre dernier, de sa loi sur “la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme”.

Simon Carraud, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below