February 23, 2018 / 12:49 PM / 4 months ago

La tension monte entre le gouvernement et les syndicats

PARIS (Reuters) - “Big bang” pour la formation professionnelle, possibles ordonnances pour la SNCF, reprise en main de la réforme de l’assurance chômage: le gouvernement a agité de multiples chiffons rouges devant les syndicats cette semaine, laissant présager des tensions avec le milieu social.

La ministre du Travail Muriel Pénicaud dira dans "quelques jours" quels éléments du texte paritaire sur l'assurance chômage forgé jeudi elle entend retenir et si elle souhaite pousser plus loin la réforme du système. /Photo prise le 31 janvier 2018/REUTERS/Charles Platiau

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, déçue du projet d’accord auquel les partenaires sociaux sont parvenus dans la nuit de mercredi à jeudi sur la formation professionnelle, a annoncé quelques heures plus tard qu’elle présenterait mardi prochain un texte “big bang” sur le sujet.

La même journée, jeudi, le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement Christophe Castaner a évoqué la “possibilité” de légiférer par ordonnances pour réformer le secteur ferroviaire, provoquant la colère des syndicats de la SNCF et une menace de grève.

Muriel Pénicaud a poursuivi vendredi en invitant les organisations syndicales à penser à “l’intérêt général” sur l’assurance chômage, au lendemain de l’accord a minima conclu par les partenaires sociaux.

Echaudés par les annonces de la ministre, ces derniers ont conditionné leur signature à l’engagement de l’Etat d’en “respecter tous les termes”.

“Ce que nous avions dit aux partenaires c’est: sur ce sujet-là, vous négociez. Après, il y a une autre responsabilité qui est complémentaire, c’est celle du gouvernement et du Parlement, de dire la loi, de faire la loi”, a dit Muriel Pénicaud sur RTL lors d’une visite du siège des Compagnons du Devoir et du Tour de France, à Paris.

“Le plus important, c’est qu’ensemble on transforme le dispositif pour qu’à la fin on ait moins de chômeurs et moins de gens précaires. (...) C’est cet intérêt général qui guidera ce qu’on fera”, a-t-elle ajouté.

La semaine qui vient promet des remous dans le milieu social. Le Premier ministre, Edouard Philippe, devrait annoncer lundi sa méthodologie et son calendrier de réforme pour la SNCF.

Muriel Pénicaud annoncera mardi ses arbitrages sur la formation professionnelle. Elle détaillera également ses projets pour l’assurance chômage dans “quelques jours”.

“Ils viennent de rendre hier leurs conclusions”, a-t-elle dit. “Je dirai ce qu’on retient et puis aussi si on considère qu’il faut aller plus loin, notamment sur le sujet de la lutte contre la précarité dont j’avais déjà dit dès le départ que c’était un sujet pour nous très important”.

L’accord trouvé jeudi permet aux personnes souhaitant démissionner en vue d’une reconversion professionnelle de bénéficier d’allocations chômage, au même titre que les demandeurs d’emploi, à certaines conditions.

Il ouvre également des négociations pour limiter le recours aux contrats courts mais aucune sanction particulière n’est prévue. Le gouvernement a menacé de mettre en place un système de bonus-malus si les partenaires sociaux ne proposaient pas de mesures suffisamment “satisfaisantes” à ce sujet.

Julie Carriat, avec Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below