October 3, 2017 / 4:40 PM / in 9 months

Pas de deux de Paris sur la question kurde avant la visite d'Abadi

par Marine Pennetier et John Irish

Le litige du référendum sur l'indépendance du Kurdistan irakien, dont Paris a voulu se saisir en proposant une médiation, ne sera pas au coeur de la visite du Premier ministre irakien, Haïder al Abadi (photo), à Paris, ont fait savoir mardi les autorités françaises, qui trahissent désormais un certain "embarras" sur le dossier. /Image difusée le 24 septembre 2017/REUTERS/via Reuters TV

PARIS (Reuters) - Le litige du référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien, dont Paris a voulu se saisir en proposant une médiation, ne sera pas au coeur de la visite du Premier ministre irakien à Paris, ont fait savoir mardi les autorités françaises, qui trahissent désormais un certain “embarras” sur le dossier.

La venue de Haïder al Abadi, qui sera reçu jeudi matin à l’Elysée par Emmanuel Macron, est liée à la “lutte contre le terrorisme et à la reconstruction de l’Irak”, souligne-t-on dans l’entourage du chef de l’Etat français, où l’on assure que le référendum n’était pas “à l’origine de l’invitation”.

A l’heure où l’Etat islamique perd du terrain en Irak, la France souhaite développer “un partenariat bilatéral avec Bagdad sur tous les plans”, explique-t-on.

Le scrutin du 25 septembre, qui a consacré la victoire du “oui” avec 92,7% des voix, a fait monter d’un cran les tensions entre le Kurdistan et Bagdad, qui a coupé les liaisons aériennes.

La Turquie et l’Iran, qui redoutent que la consultation n’attise les velléités séparatistes de leurs propres minorités kurdes, ont de leur côté menacé Erbil de représailles.

Face à ce sujet potentiellement explosif dans une région secouée par les conflits, Emmanuel Macron a proposé lors d’un entretien téléphonique avec Haïder al Abadi le 27 septembre la médiation de la France afin “ne pas laisser les tensions s’installer”.

Au cours de cet échange, “Emmanuel Macron a rappelé l’importance de préserver l’unité et l’intégrité de l’Irak tout en reconnaissant les droits du peuple kurde”, avait fait savoir l’Elysée.

Une information démentie durant le week-end par les autorités de Bagdad qui ont affirmé qu’il n’y avait pas eu mention de “la nécessité de reconnaître les droits des Kurdes ou de l’arrêt de l’escalade par Bagdad” et que l’invitation à Paris n’était en aucun cas liée au récent référendum.

“NORMAL” D’ABORDER LES SUJETS D’ACTUALITÉ

L’invitation d’Emmanuel Macron a été transmise le 26 août par le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et la ministre des Armées Florence Parly lors de leur visite en Irak, a précisé le bureau d’Al Abadi.

Un contexte rappelé mardi par l’Elysée où l’on dément toute irritation des autorités irakiennes.

“Il est assez normal que le président ait abordé l’actualité dans ses entretiens téléphoniques”, souligne-t-on. “La France est un partenaire important de l’Irak qui a traditionnellement de bonnes relations avec toutes les communautés irakiennes”.

Pour autant, la question d’une potentielle médiation française semble désormais écartée.

“Pour l’instant on voit qu’il y a des appels au dialogue en Irak qui ont été lancés, nous espérons que ces appels seront suivis”, indique-t-on dans l’entourage d’Emmanuel Macron. “Politiquement, il s’agit de reconstruire un Irak inclusif où toutes les communautés qui vivaient avant la guerre puissent retrouver leur place (...) Nous, nous allons d’abord discuter”.

Il y a un certain “embarras”, reconnaît un diplomate français.

Parallèlement à son engagement militaire en Irak dans le cadre de la lutte contre l’Etat islamique, la France est engagée dans des “projets de coopération et de soutien” à la stabilisation du pays, rappelle l’Elysée, notamment dans les domaines du déminage, de la santé, de l’accès à l’eau, et l’éducation.

Au total, la France a débloqué près de 500 millions d’euros pour aider l’Irak à renouer avec une stabilité économique et à se reconstruire après des années de longs et violents combats.

Edité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below