October 1, 2017 / 9:44 AM / a year ago

Jacob soutient Wauquiez à la présidence des Républicains

Christian Jacob, président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, a annoncé dimanche qu'il soutenait la candidature de Laurent Wauquiez pour l'élection à la présidence du parti Les Républicains. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Christian Jacob, président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale, a annoncé dimanche qu’il soutenait la candidature de Laurent Wauquiez pour l’élection à la présidence du parti Les Républicains.

Laurent Wauquiez, ancien ministre, ancien député, et président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, est considéré comme le grand favori de ce scrutin prévu les 10 et 17 décembre. Six candidats se sont au total officiellement déclarés mais les cinq autres disent éprouver des difficultés à réunir les parrainages requis avant la date butoir, fixée au 11 octobre.

Christian Jacob a expliqué qu’il soutenait Laurent Wauquiez en raison de son ancrage sur le terrain, signe selon lui d’une capacité à rassembler. Laurent Wauquiez a été maire du Puy-en-Velay (Haute-Loire) de 2008 à 2014. Réélu en 2014, il a cédé son poste au profit de son adjoint aux Finances, Michel Chapuis pour des raisons de cumul des mandats.

Laurent Wauquiez “a à la fois l’expérience de gérer des collectivités, l’expérience du rassemblement. Quand on est élu, réélu dans une ville de 20.000 habitants, ce qui a été le cas au Puy-en-Velay à 70% au premier tour, c’est qu’on est capable de rassembler. Etre élu une fois, c’est une chose, être élu une deuxième fois, c’est différent”, a déclaré Christian Jacob lors de l’émission Le Grand Rendez-Vous CNews-Europe1-Les Echos.

Il a également souligné comme point positif à ses yeux le fait que Laurent Wauquiez dirigeait la région Auvergne-Rhône-Alpes avec des élus de plusieurs courants de la droite ou de la droite modérée (Modem, UDI, LR). “La réalité du terrain, c’est qu’il a cette capacité à rassembler quand il gère une collectivité”, a dit Christian Jacob.

“J’ai plutôt le sentiment que cette région est bien gérée”, a ajouté l’ancien agriculteur.

Danielle Rouquié, édité par Caroline Paillez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below