September 28, 2017 / 10:52 AM / 9 months ago

Les régions cessent tous leurs travaux avec l'Etat

ORLEANS (Reuters) - Les régions ont annoncé jeudi cesser toutes les réflexions engagées avec l’Etat, pour dénoncer les coupes budgétaires décidées pour ramener la France dans les clous européens.

Le président de l'association des régions, Philippe Richert. Les régions ont annoncé jeudi cesser toutes les réflexions engagées avec l'Etat, pour dénoncer les coupes budgétaires décidées pour ramener la France dans les clous européens. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann

En cause, la suppression d’un fonds de 450 millions d’euros devant compenser la prise en charge par les régions des actions économiques menées jusqu’en 2016 par les départements.

Face à “une trahison de la parole donnée”, les régions ne pourront plus participer à la Conférence des territoires, un travail piloté par l’Etat sur ses relations avec les collectivités, a annoncé le président de l’association des régions, Philippe Richert, lors de leur congrès, à Orléans.

L’association a ensuite annoncé dans un communiqué la rupture sine die du dialogue entre les régions et l’Etat.

“Il n’est plus possible aux présidents de régions de participer aux ‘simili’ concertations engagées par l’Etat que ce soit dans un cadre multilatéral (Conférence nationale des territoires, assises de la mobilité, états généraux de l’alimentation...) ou bilatéral (sur la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage)”, écrit-elle.

Devant les présidents de régions, le Premier ministre, Edouard Philippe, a insisté jeudi sur l’importance de redresser les finances publiques.

“Le malade n’est pas imaginaire”, a-t-il dit. “Il nous a fallu prendre des décisions (...). Ces réductions de dépenses, je les assume.”

PERTE DE 350 MILLIONS D’EUROS ?

Emmanuel Macron s’est fixé comme priorité de sortir la France de la procédure européenne de déficit excessif, une situation qui la fragilise au moment où il veut convaincre ses partenaires de réformer l’Europe en profondeur.

L’exécutif compte pour ce faire ramener le déficit public à 2,6% du produit intérieur brut en 2018, après 2,9% en 2017 - première année sous la limite européenne de 3% depuis 2007.

Il demande à l’ensemble des collectivités locales 13 milliards d’euros d’économies sur le quinquennat, par rapport à la croissance tendancielle de leurs dépenses.

Edouard Philippe a assuré jeudi que les régions ne connaîtraient pas de baisse nette de leurs ressources en 2018, une affirmation contestée par ces dernières.

“Contrairement à ce que dit le Premier ministre, les ressources des régions baisseront de 350 millions d’euros en 2018”, déclare Régions de France, la hausse attendue de 100 millions des recettes de TVA limitant la perte des 450 millions.

“Les régions considèrent, comme Molière, que la saignée est une médication qui condamne”, a dit François Bonneau, président de la région Centre-Val-de-Loire, lors du congrès.

“On ne sait pas de combien les régions se font voler mais elles se font voler par l’Etat”, a protesté le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand.

“On ne demande pas plus d’argent à l’Etat, on lui demande si sa parole vaut quelque chose, oui ou non ?”, a-t-il ajouté.

Le président d’Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente, Alain Rousset, a quant à lui évoqué la possibilité d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur ce point.

Mourad Guichard à Orléans et Jean-Baptiste Vey à Paris

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below