September 15, 2017 / 11:23 AM / 9 months ago

Enquête après une vidéo appelant à la chasse à l'ours en Ariège

TOULOUSE (Reuters) - Le parquet de Foix a ouvert une enquête préliminaire après la diffusion d’une vidéo dans laquelle des hommes armés et cagoulés menacent de rouvrir la chasse à l’ours en Ariège et de s’en prendre aux agents de l’Etat chargés du suivi du plantigrade dans les Pyrénées, a-t-on appris vendredi auprès de Karline Bouisset, procureure de la République de Foix.

Le parquet de Foix a ouvert une enquête préliminaire après la diffusion d’une vidéo dans laquelle des hommes armés et cagoulés menacent de rouvrir la chasse à l’ours en Ariège et de s’en prendre aux agents de l’Etat chargés du suivi du plantigrade dans les Pyrénées. /Photo d'archives/REUTERS/Mathieu Belanger

Dans cette vidéo envoyée à plusieurs médias ariégeois, une vingtaine d’hommes cagoulés et armés de fusil annoncent entrer en « résistance active contre les agents de l’Etat » et « rouvrir la chasse à l’ours ».

“Une enquête préliminaire a été ouverte jeudi soir du chef de participation armée à un attroupement par une personne dissimulant son visage afin de ne pas être identifiée. Elle doit permettre de déterminer s’il s’agit d’un attroupement réel ou d’un canular”, a déclaré à Reuters Karline Bouisset.

“Nous, montagnards d’Ariège, éleveurs, randonneurs, chasseurs, élus, citoyens disons à l’Etat, ‘Stop ça suffit!’ Par l’introduction d’ours slovènes puis la création d’une pouponnière leur permettant de se multiplier, l’Etat français met en place une gestion du territoire où peu à peu il limite aux hommes, aux femmes de la montagne l’accès, la liberté d’être, de faire, de travailler”, peut-on entendre dans cette vidéo d’une minute 47 secondes.

“L’Etat est resté sourd face aux demandes de nos élus, de nos organisations citoyennes et professionnelles. Alors, nous avons décidé de rouvrir la chasse à l’ours en Ariège et de mener une résistance active face aux agents de l’Etat”, entend-on en conclusion avant que deux hommes du groupe ne tirent un coup de fusil.

Cette nouvelle enquête fait suite à celle ouverte pour « menaces sur agents, violences avec arme et dégradation » après l’agression le 25 août en Ariège de quatre agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Dans un communiqué, la préfecture de l’Ariège dénonce une « dérive pathétique dans la violence et l’illégalité ».

Le programme de réintroduction de l’ours dans les Pyrénées, qui a débuté en 2016, fait l’objet d’une forte opposition de la population locale et notamment des éleveurs qui estiment à plus de 300 les pertes de brebis imputables au plantigrade durant l’été 2017 en Ariège.

Selon les derniers chiffres datant de 2016, la population actuelle est de 39 ours repérés sur l’ensemble du massif.

Johanna Decorse, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below