August 27, 2017 / 1:11 PM / 10 months ago

A Marseille, Jean-Luc Mélenchon sonne la mobilisation des Insoumis

MARSEILLE (Reuters) - Jean-Luc Mélenchon a appelé dimanche à une “mobilisation générale du peuple” pour, le 23 septembre, s’opposer au “coup d’Etat social” et au “coup d’Etat anti-démocratique” d’Emmanuel Macron à travers la réforme du Code du travail, chantier phare du début de quinquennat du président de la République.

Jean-Luc Mélenchon a appelé dimanche à une "mobilisation générale du peuple" pour, le 23 septembre, s'opposer au "coup d'Etat social" et au "coup d'Etat anti-démocratique" d'Emmanuel Macron à travers la réforme du Code du travail, chantier phare du début de quinquennat du président de la République. /Photo prise le 14 juillet 2017/REUTERS/Gonzalo Fuentes

“Le 23 septembre, il faut que le peuple déferle à Paris contre le coup d’Etat social, contre le coup d’Etat anti-démocratique qui s’organise contre lui”, a affirmé dimanche le leader de La France insoumise en clôture des premières universités d’été du mouvement qu’il a initié.

“Assez de bavardages, assez de discussions, plus d’action: c’est vôtre tâche à vous autres les Insoumis”, a-t-il ajouté devant plus de 2.000 personnes. “Pas de blabla, du combat”, a-t-il résumé.

Le député des Bouches-du-Rhône a évoqué une “fabuleuse mise en jambes” à Marseille, sa terre d’élection, où se sont rassemblé durant quatre jours plus de 3.000 militants de La France insoumise.

Les ordonnances qui doivent réformer le Code du travail sont au centre des préoccupations de l’ex-candidat à l’élection présidentielle. 

Jean-Luc Mélenchon a ainsi annoncé le report de la convention nationale de son mouvement au mois de décembre, alors qu’elle devait initialement se tenir à la mi-octobre.

“Nous voulons pouvoir jeter toutes nos forces sans en distraire une seule goutte dans la bataille contre le Code du travail”, a-t-il indiqué en proclamant “l’état de mobilisation générale du peuple”.

“Arrêtez tout le reste, cela ne sert à rien. Battez vous pour ça”, a-t-il lancé à la foule réunie au coeur du Panier, le plus ancien et l’un des plus populaires quartiers de Marseille.

Jean-Luc Mélenchon veut encore profiter du rassemblement du 23 septembre pour réclamer la “titularisation immédiate” des emplois aidés ou encore la suppression du statut des travailleurs détachés qui, dit-il, est la “ruine de la sécurité sociale”.

“Et la sécurité sociale c’est, comme le code du travail, la prunelle de nos yeux. C’est tout cela qui sera présent le 23 septembre”, a-t-il prévenu.*

Le leader de La France insoumise surfe sur les récents sondages qui expriment une forte baisse de la popularité du président de la République et font de son mouvement la première force d’opposition au gouvernement.

“C’est à nous de marcher devant, nous devons agir en pleine responsabilité de notre nouvelle situation. C’est à dire être prêt à gouverner à tous instants. S’il le fallait, demain matin, nous saurions quoi faire et avec qui le faire”, a-t-il assuré.

“La vague dégagiste qui est passée sur le pays va reprendre et s’amplifier. Elle a rendez-vous le 23 septembre. C’est le moment d’exprimer dans la démocratie de la rue la leçon des élections que vous portiez avec vos bulletins de vote et avec vos abstentions aussi”, a-t-il lancé.

Le gouvernement doit présenter jeudi les ordonnances réformant le Code du travail.

Avant la journée de mobilisation de La France insoumise, la CGT a appelé à manifester le 12 septembre et d’autres syndicats pourraient lui emboîter le pas en fonction du contenu exacte des ordonnances.

Jean-François Rosnoblet, édité par Myriam Rivet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below