18 août 2017 / 09:31 / dans un mois

Collomb veut mobiliser les psychiatres contre le terrorisme

Le gouvernement français envisage de mobiliser les hôpitaux psychiatriques et les psychiatres libéraux dans la lutte contre le terrorisme pour repérer des individus susceptibles de passer à l'acte, a déclaré vendredi à RTL le ministre de l'Intérieur. /Photo prise le 22 juillet 2017/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français envisage de mobiliser les hôpitaux psychiatriques et les psychiatres libéraux dans la lutte contre le terrorisme pour repérer des individus susceptibles de passer à l‘acte, a déclaré vendredi à RTL le ministre de l‘Intérieur.

Les autorités françaises et leurs homologues occidentales sont de plus en plus confrontées à des attaques commises par des individus inconnus des services de sécurité mais mentalement fragiles, comme l‘homme qui a foncé lundi sur la terrasse d‘une pizzeria de Seine-et-Marne au volant d‘une voiture.

“On a en fait deux types d‘attaques aujourd‘hui”, a résumé Gérard Collomb. “Vous avez à la fois des attaques planifiées comme celle qui vient de se produire en Espagne, et puis vous avez des gens qui se radicalisent brutalement avec souvent des profils psychologiques extrêmement troublés.”

“Donc nous sommes en train de travailler avec ma collègue ministre de la Santé pour essayer de repérer l‘ensemble de ces profils qui demain peuvent passer à l‘acte”, a-t-il poursuivi.

Il s‘agit de “mobiliser l‘ensemble des hôpitaux psychiatriques (et) des psychiatres libéraux, de manière à essayer de parer à cette menace terroriste individuelle.”

L‘idée serait notamment de mettre en place des protocoles prévoyant un “échange” avec les praticiens qui côtoient les gens ayant “des délires autour de la radicalisation islamique”, a expliqué le ministre de l‘Intérieur.

Il a par ailleurs déclaré que le gouvernement avait décidé de recourir en matière de déradicalisation à des travailleurs sociaux qui ont l‘habitude des cas difficiles plutôt qu‘à des centres spécialisés, notamment pour les enfants de djihadistes de retour de la zone irako-syrienne.

“Ça ne sera pas forcément dans des centres parce que l‘expérience s‘est révélée un échec”, a-t-il dit. “Nous sommes en train de faire une évaluation de tout ce qu‘il s‘est passé dans les années précédentes et donc nous allons forger une doctrine nouvelle sur la déradicalisation.”

Le gouvernement a décidé de fermer l‘unique centre de déradicalisation de France, en Indre-et-Loire.

Ouvert à titre expérimental en septembre 2016 pour prendre en charge 25 personnes sur la base du volontariat, il n‘en a accueillies que neuf et était vide depuis février dernier.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below