May 18, 2017 / 2:40 PM / a year ago

Macron et Poutine poursuivront le dialogue sur Syrie et Ukraine

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron et Vladimir Poutine sont convenus jeudi de poursuivre le dialogue sur la Syrie et l’Ukraine, a déclaré l’entourage du président français après un entretien téléphonique avec son homologue russe.

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine sont convenus jeudi de poursuivre le dialogue sur la Syrie et l'Ukraine, a déclaré l'entourage du président français après un entretien téléphonique avec son homologue russe. /Photo prise le 16 mai 2017/REUTERS/Yoan Valat

“Malgré les divergences de positions sur différents sujets, ils ont rappelé la relation ancienne et particulière entre les deux pays”, a-t-on expliqué, en précisant que Vladimir Poutine avait félicité Emmanuel Macron pour son élection et la composition du gouvernement.

“Les deux présidents sont convenus de poursuivre le dialogue sur les crises régionales (Ukraine, Syrie) et les relations bilatérales (sécurité, économie, culture)”, a-t-on ajouté.

Emmanuel Macron s’est distingué pendant la campagne présidentielle par une posture nettement plus ferme vis-à-vis de la Russie - qui appuie militairement le régime de Bachar al Assad en Syrie et est accusée de soutenir les séparatistes pro-russes dans l’est de l’Ukraine - que ses principaux concurrents.

Une réserve renforcée par les cyberattaques imputées à la Russie dont son équipe de campagne a été la cible.

“Moscou a réussi à donner à Emmanuel Macron un cours accéléré de formation aux relations franco-russes”, expliquait François Heisbourg, conseiller spécial à la Fondation pour la recherche stratégique, il y a quelques jours.

“SURMONTER LA MÉFIANCE RÉCIPROQUE”

Dans un entretien au magazine Challenges publié jeudi, l’ambassadeur de Russie en France, Alexandre Orlov, dit souhaiter qu’Emmanuel Macron renoue avec la politique du “général de Gaulle et François Mitterrand, quand la France pouvait exercer pleinement son rôle de grande puissance mondiale”.

“Nous attendons qu’il fasse preuve d’une plus grande autonomie de décision que François Hollande tout en restant dans le cadre des alliances traditionnelles de la France”, déclare le diplomate, qui avait marqué sa préférence pour le candidat de la droite et du centre, François Fillon, durant la campagne présidentielle.

Alexandre Orlov estime que Moscou et Paris peuvent s’entendre sur la Syrie. “Il faut maintenant aller de l’avant à Genève où la France peut jouer un rôle important”.

Vladimir Poutine et Emmanuel Macron doivent “surmonter la méfiance réciproque qui s’est installée ces dernières années”, indique-t-il. “La Russie est prête à faire le premier pas avec le nouveau président français.”

Le président français, qui entend renouer avec une ligne “gaullo-mitterrandienne” à l’international, avait dit vouloir placer la France, et l’Europe, “à équidistance de la Russie et des Etats-Unis”.

“On ne prendra pas nos consignes ni à Washington ni à Moscou ni ailleurs”, soulignait récemment un de ses proches. “L’indépendance, il faut s’en donner les moyens et donc faire des réformes pour obtenir les marges de manœuvre nécessaires, sur le plan diplomatique et militaire.”

Jean-Baptiste Vey et Marine Pennetier, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below