September 30, 2016 / 12:32 PM / in 2 years

L'UE garantit l'entrée en vigueur de l'accord sur le climat

BRUXELLES (Reuters) - Les ministres de l’Environnement des 28 Etats membres de l’Union européenne ont accepté vendredi de ratifier selon une procédure collective accélérée l’accord de Paris sur le climat, garantissant son entrée en vigueur dès cette année.

Les 28 Etats membres de l'Union européenne ont accepté vendredi de ratifier l'accord de Paris sur le climat selon une procédure collective accélérée. /Photo d'archives/REUTERS/Stéphane Mahé

“Tous les Etats membres ont donné leur feu vert à une ratification accélérée par l’UE de l’accord de Paris. Ce que certains pensaient impossible est aujourd’hui réel”, a annoncé sur Twitter le président du Conseil européen, Donald Tusk.

Cet accord va désormais être soumis aux députés européens le 4 octobre. “Une fois approuvé par le Parlement européen la semaine prochaine, l’UE sera en mesure de déposer ses instruments de ratification”, a précisé la Commission dans un communiqué.

Pour entrer en vigueur, l’accord doit être ratifié par au moins 55 pays représentant au total 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES).

Le premier seuil, celui du nombre de pays, a déjà été franchi la semaine dernière. A ce jour, 61 Etats - dont, à titre individuel, six Etats membres de l’UE (1) - représentant 47,8% du total des émissions ont ratifié le texte. De son côté, l’Inde (environ 4% des émissions globales) a annoncé qu’elle le ratifierait ce dimanche, 2 octobre.

La Chine, principal émetteur (20%), et les Etats-Unis (18%) l’ont endossé ensemble au début du mois à l’ouverture du sommet du G20.

Les 28 pays de l’UE comptant ensemble pour 12% environ des émissions globales de gaz à effet de serre, le second seuil, celui des émissions, va donc être franchi à son tour.

ÉTAPE DÉCISIVE

L’accord de Paris entrera alors mécaniquement en vigueur passé un délai de trente jours, cimentant cette initiative internationale adoptée le 12 décembre dernier à l’issue de la COP21, la 21e conférence des parties à la Convention-cadre de l’Onu sur les changements climatiques, avec pour objectif de contenir la hausse de la température moyenne de la planète “nettement en dessous de 2°C par rapport aux niveaux pré-industriels et de s’efforcer de limiter cette augmentation à 1,5°C.

Dans un communiqué, Ségolène Royal, ministre française de l’Environnement et de l’Energie et présidente de la COP21, s’est félicitée de cette décision “ouvrant la voie vers l’entrée en vigueur de l’accord de Paris”.

“Cette étape décisive pourrait permettre de franchir le seuil des 55% des émissions de gaz à effet de serre nécessaire à l’entrée en vigueur de l’accord de Paris et de maintenir le rôle décisif de l’Union européenne”, ajoute-t-elle.

L’accord jette les bases d’une maîtrise des émissions de gaz à effet de serre à l’origine des dérèglements climatiques en fixant le cadre d’engagements politiques, économiques et financiers et prône une transition énergétique rapide vers des sources plus propres, comme le solaire ou l’éolien.

En campagne pour l’élection présidentielle aux Etats-Unis, Donald Trump a promis au printemps dernier d’enterrer cet accord s’il était élu. Une promesse qu’il lui serait sans doute plus difficile de tenir, à condition qu’il l’emporte, si le texte entre en application avant l’investiture du futur président, fin janvier.

(1) Allemagne, Autriche, France, Hongrie, Malte et Slovaquie

avec Myriam Rivet à Paris et Alister Doyle à Oslo; Henri-Pierre André pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below