September 22, 2016 / 3:13 PM / 2 years ago

L'ancien du GIA en fuite arrêté en Suisse

PARIS/GENEVE (Reuters) - L’ancien membre du Groupe islamique armé (GIA) recherché depuis quinze jours par la police française a été arrêté en Suisse où il faisait une demande d’asile politique, a-t-on appris jeudi de source proche de l’enquête en France et de la police suisse.

L'ancien membre du Groupe islamique armé (GIA) recherché depuis quinze jours par la police française a été localisé en Suisse où il faisait une demande d'asile politique. Ce ressortissant algérien de 42 ans s’était enfui du domicile où il était assigné à résidence, à Evron en Mayenne. /Photo d'archives/REUTERS/Regis Duvignau

Ce ressortissant algérien de 42 ans s’était enfui du domicile où il était assigné à résidence, à Evron en Mayenne.

Il a été arrêté par un groupe d’intervention de la police vaudoise alors qu’il s’était présenté mercredi dans un centre d’enregistrement et de procédure à Vallorbe, dans le canton de Vaud, pour y déposer une demande d’asile, précise la police vaudoise dans un communiqué.

Merouane Benahmed a été placé en détention en vue de son extradition, a-t-elle précisé.

“Entendu par le ministère public central vaudois, il s’est opposé à la procédure simplifiée d’extradition. C’est donc la procédure ordinaire qui s’appliquera”, a-t-elle ajouté.

Merouane Benahmed, condamné à 10 ans de prison en 2006 dans l’affaire dite des “filières tchétchènes”, soupçonnées de projeter des attentats à Paris, avait été libéré en 2011.

La Cour européenne des droits de l’Homme ayant refusé son extradition vers l’Algérie, où il a été condamné à mort par contumace, il avait été assigné en résidence successivement dans plusieurs départements.

Il devait depuis se présenter quatre fois par jour au commissariat local, ce qu’il jugeait inhumain.

Le 8 septembre, il ne s’était pas présenté à son contrôle judiciaire alors qu’il était assigné à résidence à Evron (Mayenne).

Merouane Benahmed avait pointé pour la dernière fois la veille au soir et la gendarmerie avait déclenché un vaste dispositif de recherches dans le département.

La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) avait été ensuite saisie.

Gérard Bon, avec Michael Schields à Zurich, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below