September 9, 2016 / 10:57 AM / 2 years ago

Henri Guaino saute la primaire à droite, une "escroquerie"

PARIS (Reuters) - Le député Les Républicains Henri Guaino a annoncé vendredi sa candidature à la présidentielle de 2017, faute d’avoir pu réunir les parrainages requis pour prendre part à la primaire de la droite, qu’il a qualifiée d’”escroquerie démocratique”.

Le député Les Républicains Henri Guaino a annoncé vendredi sa candidature à la présidentielle de 2017, faute d'avoir pu réunir les parrainages requis pour prendre part à la primaire de la droite, qu'il a qualifiée d'"escroquerie démocratique". /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

“Sans appareil” et “sans moyens”, l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy se lance désormais dans la quête des 500 signatures d’élus exigées pour concourir directement au scrutin présidentiel.

“Je mesure la difficulté de cette tâche”, a déclaré Henri Guaino, quelques heures avant l’heure limite pour le dépôt des candidatures à la primaire des 20 et 27 novembre, censée désigner le champion de la droite en 2017.

“Elle aura été le théâtre depuis des mois de toutes les petites manoeuvres, les petits calculs de la vieille politique politicienne, avec son lot habituel de pressions, d’intimidations, de manipulations, d’échanges de bons procédés”, a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

“Au-delà du mauvais coup porté à l’esprit de nos institutions, ces primaires sont une véritable escroquerie démocratique.”

“L’objectif poursuivi est pleinement atteint: verrouiller le système pour préserver l’entre-soi de quelques notables de la politique”, a insisté Henri Guaino, qui a écrit quelques uns des discours les plus emblématiques de Nicolas Sarkozy lors de la campagne de 2007, puis lors de son quinquennat.

Le député des Yvelines a dit se mettre “en congé” du bureau politique de sa formation.

Six membres des Républicains semblent assurés de participer à la primaire - Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Fillon, Bruno le Maire, Jean-François Copé et Nathalie Kosciusko-Morizet.

Il faudra peut-être y ajouter un ou deux candidats qualifiés in extremis, ainsi que Jean-Frédéric Poisson, dispensé de l’étape des parrainages en sa qualité de président du Parti chrétien-démocrate.

Simon Carraud, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below