August 25, 2016 / 5:47 PM / 2 years ago

Les sociaux-démocrates européens veulent contrer les populismes

LA CELLE SAINT-CLOUD, Yvelines (Reuters) - Les leaders sociaux-démocrates européens réunis jeudi près de Paris ont réfléchi à l’avenir de l’Europe “post-Brexit”, qui sera débattu par les Vingt-Sept le 16 septembre à Bratislava, en appelant notamment à prévenir la montée des populismes.

Les leaders sociaux-démocrates européens réunis jeudi près de Paris ont réfléchi à l'avenir de l'Europe "post-Brexit", qui sera débattu par les Vingt-Sept le 16 septembre à Bratislava, en appelant notamment à prévenir la montée des populismes. /Photo prise le 25 août 2016/REUTERS/Gonzalo Fuentes

A l’approche ce sommet informel de l’Union européenne dans la capitale slovaque, François Hollande a réuni au château de La Celle Saint-Cloud une quinzaine de leaders dont le vice-chancelier allemand, Sigmar Gabriel, le président du Parlement européen, Martin Schulz, et le Premier ministre grec, Alexis Tsipras.

Au terme d’un déjeuner de travail, le président français a lancé une mise en garde contre “la montée des populismes dont nous voyons chaque jour les conséquences et les traces à travers l’intolérance, la stigmatisation, la démagogie et surtout leur volonté de mettre en cause l’Union européenne, les valeurs européennes”.

“Nous devons avoir une initiative à la hauteur de la situation”, a-t-il poursuivi, invitant “les progressistes” à démontrer que “l’Europe est une force qui nous permet de maîtriser notre destin mieux que nous ne pourrions le faire isolément”.

Les dirigeants sociaux-démocrates ont appelé à un sursaut de l’Europe dans trois secteurs-clés : sécurité intérieure et extérieure de l’Union européenne, emploi et cohésion sociale, jeunesse.

“L’heure de la révision du pacte de stabilité et de croissance à également sonné : les Etats membres ont besoin de plus de marges de manoeuvre pour investir”, peut-on lire dans un communiqué de presse commun.

Les dirigeants disent “refuser l’enlisement” après le choix du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne et invitent Londres à “activer rapidement” l’article 50 du traité européen actant ce choix fait par référendum en juin dernier.

Elizabeth Pineau, édité par Emmanuel Jarry

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below