June 23, 2016 / 6:32 PM / 2 years ago

Accord historique de cessez-le-feu entre la Colombie et les Farc

par Sarah Marsh et Nelson Acosta

Correction titre. Le président colombien, Juan Manuel Santos (à gauche), et le chef des Farc, Rodrigo Londono (à droite), ont signé jeudi à La Havane un accord historique de cessez-le-feu sous l'égide du président cubain, Raul Castro (au centre), étape cruciale vers la fin de plus de cinquante ans de lutte armée. /Photo prise le 23 juin 2016/REUTERS/Alexandre Meneghini

LA HAVANE (Reuters) - Le gouvernement colombien et les rebelles des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) ont signé jeudi à La Havane un accord historique de cessez-le-feu, étape cruciale vers la fin de plus de cinquante ans de lutte armée.

Ce cessez-le-feu, fruit de négociations engagées fin 2012, ouvre la voie à un accord de paix entre Bogota et le plus ancien mouvement rebelle encore en activité en Amérique.

“Que ce soit le dernier jour de la guerre”, a commenté, la voix brisée par l’émotion, le commandant des Farc, Rodrigo Londono, connu sous le nom de guerre de Timochenko. “Nous sommes proches d’un accord final de paix”, a-t-il ajouté après avoir serré la main du président colombien Juan Manuel Santos lors de la cérémonie de signature à La Havane.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, et les présidents cubain Raul Castro et vénézuélien Nicolas Maduro étaient parmi les invités à la cérémonie.

L’accord de “Fin del Conflicto” (fin de conflit) prévoit que les rebelles déposeront les armes dans un délai de 180 jours suivant un accord de paix définitif. Leur prise en charge sera confiée aux Nations unies.

D’après les pays médiateurs, il établit également des garanties de sécurité avec la création de 22 zones temporaires de transition et de huit camps pour assurer la protection des rebelles marxistes. Aucun civil ne sera autorisé à y pénétrer. Ces zones de démobilisation resteront opérationnelles pendant six mois au maximum.

Les Farc ont accepté par ailleurs que l’accord de paix à venir soit ratifié par référendum, une procédure de validation voulue par Santos qui a longtemps fait l’objet d’un blocage entre les négociateurs.

En Colombie, les cloches des églises ont retenti à la mi-journée, alors que débutait la cérémonie à La Havane.

“C’est une lueur d’espoir”, exultait Adriana Beltrán, 25 ans, croisée dans Bogota. “Nos enfants pourront jouir de ce dont nous avons été privés: une enfance de paix et une vie de paix”, ajoutait-elle.

Depuis que les Farc, d’obédience marxiste, ont pris les armes, en 1964, le conflit a fait quelque 220.000 morts et déplacé des millions de personnes. On estime que la guérilla compte encore 7.000 combattants dans ses rangs.

Avant la cérémonie, la présidente chilienne Michelle Bachelet, également présente à La Havane, avait qualifié le moment d’”historique” non seulement pour la Colombie, mais aussi pour toute la région et avait rappelé la détermination de son pays à participer à la vérification de la mise en oeuvre de l’accord.

Dans un communiqué, le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, salue cet accord qui, écrit-il, “ouvre la voie à la conclusion rapide d’un accord de paix global” et rappelle l’engagement de la France notamment dans le développement des zones rurales en Colombie.

avec Carlos Vargas et Julia Symmes Cobb à Bogota; Henri-Pierre André pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below