June 16, 2016 / 5:31 AM / in 2 years

Larossi Abballa connaissait ses victimes, selon la presse

Paris (Reuters) - L’homme qui a tué un couple de policiers à l’arme blanche lundi soir dans les Yvelines et dont le geste a été revendiqué par l’Etat islamique (EI) connaissait ses victimes, rapporte mercredi soir la presse française.

Portraits de Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider lors d'une cérémonie d'hommage au ministère de l'Intérieur, à Paris. Larossi Abballa, l'homme qui a tué ce couple de policiers à l'arme blanche lundi soir dans les Yvelines et dont le geste a été revendiqué par l'Etat islamique connaissait ses victimes, rapporte mercredi soir la presse française. /Photo prise le 15 juin 2016/REUTERS/Kamil Zihnioglu/Pool

Selon des informations du journal Libération, Larossi Abballa a sous-entendu avoir déjà rencontré le commandant de police Jean-Baptiste Salvaing lors d’échanges avec le Raid qui ont eu lieu alors qu’il était retranché au domicile du couple lundi soir à Magnanville.

“Il était venu chez moi, maintenant c’est moi qui viens chez lui”, a-t-il dit selon le journal, quelques instants après avoir tué le couple.

L’information a été confirmée au journal Le Monde de source policière.

Cette précision pourrait accréditer la thèse d’un différend entre le tueur et ses victimes, Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, indiquent les deux journaux.

Avant d’être en poste au commissariat des Mureaux, Jean-Baptiste Salvaing avait travaillé au commissariat de Mantes-la-Jolie, commune où habitait Larossi Abballa.

Julie Carriat, édité par Danielle Rouquié

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below