June 9, 2016 / 12:24 PM / 2 years ago

La CGT va expliquer sa position aux supporters de l'Euro

SARAN, Loiret (Reuters) - La CGT va distribuer aux supporters de football présents en France pour l’Euro 2016 des tracts en plusieurs langues pour expliquer pourquoi ses militants perturbent les transports et le ramassage des ordures, a déclaré jeudi Philippe Martinez.

La CGT va distribuer aux supporters de football présents en France pour l'Euro 2016 des tracts en plusieurs langues pour expliquer pourquoi ses militants perturbent les transports et le ramassage des ordures, a déclaré jeudi Philippe Martinez. Interrogé par des journalistes sur les craintes de voir bloqué l’accès des supporters aux événements liés à la manifestation sportive qui débute vendredi pour un mois, le secrétaire général de la CGT, s'est voulu rassurant. /Photo prise le 7 juin 2016/REUTERS/Philippe Wojazer

Interrogé par des journalistes sur les craintes de voir bloqué l’accès des supporters aux événements liés à la manifestation sportive qui débute vendredi pour un mois, le secrétaire général de la CGT, qui proteste contre la loi Travail, s’est voulu rassurant.

“La Confédération générale du travail et ses organisations souhaitent que l’Euro se passe comme une fête populaire, que ce soit dans les stades comme dans les fan zones”, a-t-il dit lors d’un déplacement à Saran (Loiret). “On va distribuer des tracts en plusieurs langues pour expliquer notre position.”

Le patron de la CGT n’entend pas lâcher du lest dans son bras de fer avec le gouvernement contre un projet de loi toujours “largement réprouvée par l’opinion publique et les organisations syndicales” et veut laisser les salariés “décider de la reprise du travail” ou de la poursuite du mouvement.

“Ce qui remonte aujourd’hui des entreprises, c’est une colère généralisée. Elle est peut être sourde, mais il existe un vrai ancrage dans les entreprises, pas assez encore, mais c’est ça qu’il faut que le gouvernement écoute”, a-t-il dit en marge d’un congrès syndical départemental de la CGT Loiret.

Philippe Martinez a regretté qu’il “manque dans ce conflit un gouvernement qui accepte de discuter”.

“Si demain on nous dit qu’on suspend le projet de loi et qu’on discute, il n’y a plus de grève”, a conclu le secrétaire général de la CGT. 

Mourad Guichards, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below