May 26, 2016 / 8:07 AM / 3 years ago

Baisse de production électrique de 5.000 MW du fait de la grève

Le mouvement de grève contre la loi Travail dans les centrales nucléaires françaises se traduisait jeudi matin par une baisse de production électrique de 5.000 mégawatts, a déclaré Laurent Langlard, porte-parole de la fédération mines-énergie de la CGT. /Photo prise le 23 avril 2016/REUTERS/Régis Duvignau

PARIS (Reuters) - Le mouvement de grève contre la loi Travail dans les centrales nucléaires françaises se traduisait jeudi matin par une baisse de production électrique de 5.000 mégawatts, soit environ l’équivalent de cinq tranches, a déclaré à Reuters la CGT.

Selon Laurent Langlard, porte-parole de la fédération mines-énergie de la CGT, la grève a été votée dans les 19 centrales nucléaires françaises. “On en est à 5.000 MW de baisse de charge”, a-t-il ajouté.

Cette baisse de production reste à ce stade très inférieure à ce qu’elle peut être de lors de conflits sociaux concernant directement le secteur et EDF. Elle peut alors atteindre 20.000 MW, a précisé Laurent Langlard.

Selon la direction d’EDF, la mobilisation la plus importante de l’année, à ce jour, chez l’opérateur historique français s’est soldée par 17% de grévistes le 31 mars.

Une porte-parole d’EDF a déclaré qu’il y avait “toujours” des “équipes minimales” présentes dans les centrales pour assurer leur fonctionnement.

“La production électrique pour nos clients est assurée”, a-t-elle dit sans autre précision sur le taux de grévistes ou les baisses de charges.

Emmanuel Jarry

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below