May 9, 2016 / 7:47 AM / 2 years ago

Nicolas Sarkozy persiste sur son refus du vote électronique

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a redit son opposition au vote électronique pour les 1,2 million de Français de l’étranger à la primaire de la droite en vue de la présidentielle de 2017, évoquant une “rupture d’égalité contraire à nos principes constitutionnels”.

Nicolas Sarkozy a redit son opposition au vote électronique pour les 1,2 million de Français de l'étranger à la primaire de la droite en vue de la présidentielle de 2017, évoquant une "rupture d'égalité contraire à nos principes constitutionnels". /Photo d'archives/REUTERS/Pascal Rossignol

Dans une interview publiée lundi par Le Figaro, le président de LR se retranche derrière la version initiale de la charte de la primaire, qui spécifie que le scrutin se fera partout “au moyen de bulletins papier” dans des bureaux de vote.

“C’est la rédaction que nous avons adoptée en congrès, il y a un an, avec 96% des suffrages des 94.000 votants”, dit l’ancien chef de l’Etat, “si vous autorisez les Français de l’étranger à voter par voie électronique et pas ceux de l’Hexagone et d’Outre-mer, vous créez une rupture d’égalité contraire à nos principes constitutionnels”.

“C’est la raison pour laquelle les socialistes ont renoncé à l’autoriser pour leur primaire en 2011 et, surtout, qu’il sera interdit pour la présidentielle en 2017”, ajoute-t-il.

Nicolas Sarkozy a fait adopter en bureau politique mardi l’abandon du vote électronique pour la primaire pour les Français de l’étranger alors qu’il avait été rendu possible par un article du guide de la consultation.

La Haute autorité chargée du bon déroulement du scrutin l’a rappelé à l’ordre en dénonçant une “décision précipitée” et obtenu que le bureau politique de LR revienne sur le sujet.

“En l’absence de vote électronique, les Français de l’étranger ne voteront pas”, a déploré sur France Inter l’ancien Premier ministre François Fillon, invoquant l’impossibilité d’installer des bureaux de vote dans plusieurs pays et les problèmes de distance qui se posent dans d’autres.

“J’espère que lors du bureau politique qui doit se passer la semaine prochaine, la sagesse l’emportera et que Nicolas Sarkozy aura à coeur de faire en sorte que les voix des Français de l’étranger soient entendues dans la primaire”, a-t-il déclaré.

Yann Le Guernigou, édité par Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below