May 8, 2016 / 12:44 PM / 2 years ago

Septième jour d'incendie en Alberta

GREGOIRE LAKE, Alberta (Reuters) - Le gigantesque incendie qui ravage la province canadienne de l’Alberta est entré dimanche dans son septième jour après avoir provoqué l’évacuation de près de 100.000 personnes qui devront patienter longtemps avant de pouvoir rentrer chez elles.

Centre d'hébergement pour les habitants évacués de Fort McMurray à Lac La Biche. Le gigantesque incendie qui ravage la province canadienne de l'Alberta est entré dimanche dans son septième jour après avoir provoqué l'évacuation de près de 100.000 personnes qui devront patienter longtemps avant de pouvoir rentrer chez elles. /Photo prise le 7 mai 2016/REUTERS/Chris Wattie

L’incendie, qui s’est déclaré dimanche 1er mai vers 18h00 (22h00 GMT) près de la ville de Fort McMurray, dans le nord de l’Alberta, s’est propagé si rapidement que les quelque 88.000 habitants de la ville n’ont eu que quelques instants pour fuir. Des quartiers entiers ont été réduits en cendres.

L’incendie semblait prendre dimanche la direction du sud-est, s’éloignant ainsi de Fort McMurray, et se reprochant de la province de la Saskatchewan, a déclaré Travis Fairweather, porte-parole des services d’incendie.

Des vents atteignant 60 km/h attisent les flammes, mais la pluie et la baisse des températures attendues pour la fin de journée pourraient permettre de ralentir la course de l’incendie.

“Ces deux éléments devraient nous aider”, a dit Travis Fairweather.

Les milliers d’évacués hébergés dans les villes alentours ont peu de chance de regagner leurs logements dans l’immédiat et les autorités leur recommandent de se rendre dans des villes comme Calgary, située à 650 kilomètres environ, où les services se santé et les services sociaux seront mieux armés pour les soutenir.

Parmi les évacués, une certaine exaspération se fait sentir devant le manque d’informations.

“Nous savons par vos appels que vous êtes frustrés de ne pas avoir d’informations sur vos maisons. Nous travaillons d’arrache-pied là-dessus, c’est un processus compliqué”, a déclaré a déclaré le chef des services des incendies, Darby Allen.

La catastrophe est en passe de devenir la deuxième plus coûteuse du Canada après la tempête de pluie verglaçante qui s’est abattue en janvier 1998 sur plusieurs régions du Canada. Selon un analyste, elle pourrait coûter plus de 9 milliards de dollars canadiens (6 milliards d’euros environ) aux assurances.

Fort McMurray est au centre de la région canadienne des sables bitumineux. Près de la moitié de sa production de brut, soit un million de barils par jour, a été mise à l’arrêt, selon des estimations de Reuters.

Dans un communiqué diffusé samedi soir, le gouvernement provincial de l’Alberta indique que le feu a brûlé 200.000 hectares, près de 20 fois la superficie de Paris et qu’il va continuer de croître.

Rod Nickel et Liz Hampton,; Nicolas Delame pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below