May 4, 2016 / 7:22 AM / 3 years ago

Les premiers tests du site Areva-Le Creusot sont bons, dit Royal

Les premiers tests menés sur des pièces produites sur le site d'Areva du Creusot après la révélation d'irrégularités dans les contrôles de fabrication sont "bons", a déclaré mercredi la ministre de l'Energie, Ségolène Royal. /Photo prise le 2 mai 2016/REUTERS/Robert Pratta

PARIS (Reuters) - Les premiers tests menés sur des pièces produites sur le site d’Areva du Creusot (Saône-et-Loire) sont bons, a déclaré mercredi Ségolène Royal, après la révélation d’irrégularités dans les contrôles de fabrication.

“Je peux vous dire, sans anticiper (...), que les premiers résultats sont bons, c’est-à-dire que les pièces sont conformes. Ce sont les documents qui ont été mal faits”, a déclaré la ministre de l’Energie sur RTL.

L’ensemble des résultats sera connu dans quinze jours, a-t-elle précisé, tout en appelant à la prudence en attendant.

“N’anticipons pas. (...) Ce sont des domaines extrêmement sérieux, extrêmement graves, dans lesquels il faut faire preuve de beaucoup de maîtrise, de sang-froid et faire confiance aux autorités de sûreté nucléaires qui sont extrêmement exigeantes”, a encore dit la ministre, également chargée de l’Environnement.

Un audit de l’usine du Creusot, qui fabrique des composants de l’EPR et dont est sortie la cuve du réacteur nucléaire en cours de construction à Flamanville (Manche), a récemment révélé des anomalies dans le suivi des pièces produites dans le passé.

Cet audit avait été décidé après la découverte en 2015 de défauts dans la composition de l’acier dans certaines zones du couvercle et du fond de la cuve de Flamanville.

Mardi, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a fait savoir qu’Areva l’avait informée d’irrégularités dans le contrôle de fabrication d’environ 400 pièces produites depuis 1965, dont une cinquantaine seraient en service sur le parc électronucléaire français.

Ségolène Royal voit dans ces procédures un signe de la “transparence” du système français.

“Nous sommes dotés d’autorités de sûreté nucléaire qui sont extrêmement vigilantes. La preuve, c’est que les choses sont mises sur la table”, a-t-elle jugé. “Areva devra rendre des comptes mais d’ailleurs Areva ne conteste pas la nécessité de rendre des comptes”.

Simon Carraud, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below