April 7, 2016 / 2:47 PM / 2 years ago

Hollande et Merkel minimisent l'impact du "non" néerlandais

METZ, Moselle (Reuters) - L’Union européenne appliquera “ce qui peut l’être” de l’accord d’association avec l’Ukraine, abstraction faite de la victoire du non au référendum “consultatif” néerlandais, a déclaré jeudi François Hollande, qui a réaffirmé son soutien à Kiev.

En marge d'un conseil des ministres franco-allemand à Metz (Moselle) en présence d'Angela Merkel, François Hollande a réaffirmé jeudi son soutien à Kiev et a dit que l'Union européenne appliquerait "ce qui peut l'être" de l'accord d'association avec l'Ukraine, abstraction faite de la victoire du non au référendum "consultatif" néerlandais. La chancelière allemande de son côté a affiché sa confiance en la capacité de l'UE à surmonter cette "difficulté". /Photo prise le 7 avril 2016/REUTERS/Thibault Camus/Pool

La chancelière allemande Angela Merkel, qui s’exprimait aux côtés du président français à l’issue d’un conseil des ministres franco-allemand à Metz (Moselle), s’est dit confiante en la capacité de l’UE à surmonter cette “difficulté”.

Au total, 64% des votants se sont dit opposés mercredi aux Pays-Bas à l’accord d’association entre l’Union européenne et l’Urkaine, selon des résultats provisoires.

“Pour ce qui concerne l’Europe, elle va appliquer ce qui peut l’être de l’accord d’association, et pour nous, France-Allemagne (...), nous continuerons à soutenir l’Ukraine et à appliquer dans nos pays respectifs l’accord d’association”, a réagi François Hollande lors d’une conférence de presse.

“Les Néerlandais trouveront une réponse, il faut l’attendre. Ils vont l’élaborer avec les institutions européennes”, a assuré pour sa part Angela Merkel.

“Quant au reste, il est tout à fait souhaitable que l’évolution de l’Ukraine en direction de l’Union européenne pour respecter certaines normes prévues dans l’accord d’association soit poursuivie”, a-t-elle poursuivi.

“De même que nous avons surmonté d’autres dossiers difficiles, il sera également possible de régler cette difficulté, mais là nous nous en remettons aux Néerlandais et aux institutions européennes”, a dit la chancelière allemande.

Elizabeth Pineau, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below