March 6, 2016 / 11:50 AM / 2 years ago

Vienne appelle Berlin à clarifier sa position sur les migrants

ZURICH (Reuters) - Le chancelier autrichien, Werner Faymann, a appelé l’Allemagne à fixer clairement le nombre de réfugiés qu’elle est prête à accepter sur son territoire afin d’endiguer l’afflux de migrants et tenter de résoudre une crise qui menace la cohésion européenne.

Migrants à Spielfeld, à la frontière slovène avec l'Autriche. Selon le ministre autrichien de la Défense, Vienne ne prendra aucune part au système des quotas visant à répartir les réfugiés entre les pays membres de l'Union européenne parce que l'Autriche a déjà suffisamment contribué dans la gestion de cette crise. /Photo prise le 16 février 2016/REUTERS/Leonhard Foeger

Les déclarations du chef du gouvernement autrichien, publiées dimanche dans le journal Kurier, interviennent à la veille d’un sommet entre l’Union européenne et la Turquie consacré à la crise migratoire en Europe, lundi à Bruxelles.

“L’Allemagne doit fournir un nombre de réfugiés qu’elle est prête à accepter en provenance de la région de Syrie et de Turquie. L’Allemagne doit enfin clarifier sa position sinon les réfugiés vont continuer à prendre la direction de l’Allemagne”, déclaré Werner Faymann.

“Si on reprend les critères autrichiens, l’Allemagne pourrait fixer ce quota à environ 400.000. Tant que l’Allemagne n’annonce pas cela, ce qui va se produire est évident. Les réfugiés vont continuer à croire qu’ils peuvent passer”, a-t-il poursuivi.

L’Autriche, qui compte 8,5 millions d’habitants, a enregistré 90.000 demandes d’asile en 2015 et a décidé de réduire ce chiffre cette année, notamment en limitant le nombre de migrants enregistrés quotidiennement.

Cette initiative lui a valu les critiques de la Commission européenne et d’organisations humanitaires.

Werner Faymann estime que le sommet de lundi doit résoudre trois problèmes: améliorer la coopération avec la Turquie dans la lutte contre les passeurs clandestins et dans le retour des migrants refoulés, mettre fin à la libre circulation des réfugiés, s’accorder sur un système permettant aux Etats membres de l’UE d’accueillir les demandeurs d’asile avec l’aide du Haut commissariat de l’Onu au réfugiés.

Dans une autre interview également publiée dimanche, le ministre autrichien la Défense a déclaré que son pays ne prendrait aucune part au système des quotas visant à répartir les réfugiés entre les pays membres de l’UE parce qu’il a déjà suffisamment contribué dans la gestion de cette crise.

“Nous assumons déjà une énorme part avec 37.500 demandeurs d’asile pour cette seule année. Pourquoi l’Autriche devrait-elle accueillir les réfugiés venant de Grèce ? Cela reviendrait à envoyer un message erroné”, a commenté Hans Peter Doskozil.

Le journal suisse NZZ am Sonntag rapporte que la Confédération helvétique va accueillir 600 demandeurs d’asile enregistrés par les autorités grecques. La Suisse a autorisé l’an passé l’entrée de 1.500 réfugiés dans le cadre du programme européen de relocalisation.

Michael Shields; Pierre Sérisier pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below