March 1, 2016 / 7:28 AM / 2 years ago

Myriam El Khomri hospitalisée après un "accident domestique"

PARIS (Reuters) - Myriam El Khomri a reporté ses rendez-vous de mardi avec les partenaires sociaux sur la réforme contestée du Code du Travail après une chute à son domicile et un malaise qui a nécessité son hospitalisation, a-t-on appris auprès de son entourage.

Les rendez-vous prévus mardi entre les partenaires sociaux et Myriam El Khomri dans le cadre des discussions sur la réforme contestée du code du travail ont été annulés après un "malaise" de la ministre du Travail. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

En fin de matinée, François Hollande s’est attaché à dédramatiser ce contretemps, en pleine polémique sur le projet de loi porté par la jeune ministre socialiste du Travail, en parlant d’un “accident domestique”.

“Elle sera sur pied dès ce soir”, ajouté le chef de l’Etat lors de la visite d’une entreprise.

Myriam El Khomri “a fait une chute à son domicile et le malaise est consécutif à cette chute”, a précisé à Reuters l’entourage de la ministre du Travail.

Elle devait notamment rencontrer Jean-Pierre Crouzet, président de l’Union professionnelle artisanale (UPA), et le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly.

La réforme du Code de travail est vivement contestée dans les rangs de la gauche, par les syndicats et les organisations lycéennes et étudiantes, qui y voient une atteinte aux droits des salariés, ainsi que par une partie du patronat.

Face à cette bronca et aux appels à la mobilisation contre ce texte, le Premier ministre, Manuel Valls, a annoncé lundi le report de 15 jours de sa présentation en conseil des ministres dans l’espoir d’apaiser les partenaires sociaux.

La forte opposition cristallisée par ce projet de réforme a notamment conduit la maire socialiste de Lille Martine Aubry et ses amis à se mettre en retrait de la direction du PS.

Un ancien collaborateur de la ministre du Travail a pour sa part qualifié d’”erreur historique” ce texte.

“C’est une régression en matière de droits sociaux”, a estimé dans une interview accordée au quotidien communiste L’Humanité Pierre Jacquemin, qui a démissionné début février.

“En réalité, la politique du ministère du Travail se décide ailleurs, à Matignon”, a-t-il ajouté.

Lancée le 19 février sur internet par des militants associatifs, une pétition intitulée “Loi Travail: non merci!” affichait mardi matin plus de 800.000 signatures.

Emmanuel Jarry et Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below