February 25, 2016 / 9:36 AM / 2 years ago

Un projet de résolution contre Pyongyang présenté à l'Onu

NATIONS UNIES (Reuters) - Les Etats-Unis ont présenté jeudi au Conseil de sécurité des Nations unies un projet de résolution visant à renforcer de manière draconienne les sanctions contre la Corée sur Nord après son nouvel essai nucléaire du 6 janvier.

Les Etats-Unis ont présenté jeudi au Conseil de sécurité des Nations unies un projet de résolution visant à étendre les sanctions contre la Corée sur Nord de manière draconienne après son dernier essai nucléaire. /Photo prise le 26 janvier 2016/REUTERS/Mike Segar

L’ambassadrice des Etats-Unis auprès de l’Onu, Samantha Power, a déclaré que ce projet de résolution du Conseil de sécurité présentait un ensemble de mesures d’une ampleur jamais vue “depuis plus de vingt ans”.

Ainsi, toutes les cargaisons destinées à la Corée du Nord ou en provenance de ce pays devront être inspectées. La livraison à Pyongyang de carburant pour avions ou fusées sera interdite.

Des restrictions seront également imposées aux activités bancaires de la Corée du Nord et les diplomates nord-coréens coupables d’activités illégales seront expulsés.

Toutes les importations et exportations de matériel militaire seront interdites, sans exception aucune.

Une “liste noire” comprenant 17 personnalités et 12 entités nord-coréennes sera publiée.

Le ministère nord-coréen de l’Energie atomique et son Agence nationale de développement de l’aérospatiale, qui est l’organisme responsable du lancement d’une fusée ce mois-ci, figureront parmi les entités sanctionnées, rapporte l’agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Le Bureau de reconnaissance générale, déjà sanctionné par les Etats-Unis pour son rôle présumé dans la cyberattaque contre Sony Pictures en 2014, est également inclus dans la liste, ajoute Yonhap.

La Corée du Nord est sous le coup de sanctions de l’Onu depuis 2006 en raison de son programme nucléaire et de ses essais de missiles à longue portée.

Pyongyang a annoncé le 6 janvier avoir mené son quatrième essai nucléaire, portant sur une bombe à hydrogène miniaturisée, puis a procédé un mois plus tard au lancement d’une fusée à longue portée, présentée comme une mise en orbite de satellite.

Pour la communauté internationale, il s’agissait d’un test de missile balistique.

Mercredi, des diplomates en poste à l’Onu ont indiqué qu’Etats-Unis et Chine s’étaient mis d’accord sur un projet de résolution et espéraient le mettre aux voix dans les jours à venir. Les deux puissances négociaient sur ce texte depuis sept semaines.

La Chine, alliée de Pyongyang, et les Etats-Unis ont eu des points de vue différents sur la riposte à apporter à l’essai nucléaire de janvier, Washington préconisant la méthode forte tandis que Pékin privilégiait un dialogue et des mesures moins fermes à l’Onu, confinées à la non prolifération.

Louis Charbonneau, avec Michelle Nichols, Danielle Rouquié, Eric Faye et Guy Kerivel pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below