January 26, 2016 / 11:51 AM / 3 years ago

Un référendum pour valider des accords d'entreprise minoritaires

PARIS (Reuters) - La possibilité d’avoir recours à un référendum auprès des salariés pour faire valider des accords d’entreprise qui auraient été signés par des organisations syndicales représentant 30% des salariés figurera dans le projet de loi sur la réforme du Code du travail, a déclaré mardi Myriam El Khomri.

La ministre du Travail, Myriam El Khomri, veut introduire dans son projet de loi sur la réforme du Code du travail, la possibilité d'avoir recours à un référendum auprès des salariés pour faire valider des accords d'entreprise minoritaires. /Photo d'archives/REUTERS/Ognen Teofilovski

“Ce que nous souhaitons, c’est que quand on a des organisations syndicales qui représentent 30% des salariés et qui valident l’accord, qu’elles puissent déclencher un référendum d’entreprise et que si la consultation donne plus de 50% des salariés qui sont pour, cet accord s’applique”, a dit la ministre du Travail sur France Inter.

“Voilà la règle qui serait une nouvelle règle”, a-t-elle ajouté. “A partir du moment où on élargit l’objet des négociations au plus près du terrain, il faut donner cette capacité aussi d’entendre les salariés dans ce cadre-là.”

A l’heure actuelle, pour être validé, un accord d’entreprise doit être approuvé par des organisations syndicales représentant au moins 30% des suffrages exprimés aux dernières élections.

Il ne doit pas non plus faire l’objet d’opposition de la part de syndicats représentant au moins 50% des salariés.

Le projet de réforme du Code du travail sera présenté en conseil des ministres le 9 mars. Il s’inspirera en partie des propositions de l’ex-ministre de la Justice Robert Badinter remises lundi à Manuel Valls.

Manuel Valls a annoncé lundi que la future réforme du Code du travail modifierait le mode de rémunération des heures supplémentaires pour assouplir les contraintes de la durée légale du temps de travail à 35 heures.

Myriam El Khomri a affirmé la semaine dernière que le gouvernement maintiendrait le taux plancher de majoration des heures supplémentaires à 10% mais Manuel Valls n’a pas donné de taux, ouvrant la porte à une majoration moindre.

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below