January 13, 2016 / 7:49 AM / 3 years ago

Trois logements des tueurs de Paris identifiés en Belgique

BRUXELLES (Reuters) - Les enquêteurs belges ont identifié trois “logements conspiratifs” utilisés en Belgique par les auteurs des attentats islamistes du 13 novembre à Paris et Saint-Denis dans les semaines précédant leur assaut coordonné.

Rue du Fort à Charleroi où les enquêteurs belges ont identifié l'un des trois "logements conspiratifs" utilisés en Belgique par les auteurs des attentats islamistes du 13 novembre à Paris et Saint-Denis dans les semaines précédant leur assaut coordonné. /Photo prise le 13 janvier 2016/REUTERS/François Lenoir

Dans un communiqué diffusé mercredi, le parquet fédéral belge annonce que “trois logements conspiratifs utilisés par les auteurs des attentats du 13 novembre 2015 ont été retrouvés par les enquêteurs” : il s’agit d’un appartement de Schaerbeek (un quartier de Bruxelles), d’un appartement à Charleroi et d’une maison à Auvelais, à une soixantaine de kilomètres au sud de la capitale.

Ces trois logements ont été loués sous de fausses identités pour une durée d’un an, début septembre pour les deux appartements de Bruxelles et Charleroi, début octobre pour la maison d’Auvelais. Les loyers et les dépôts de garantie ont été réglés en liquide.

Dans l’appartement de Schaerbeek, les enquêteurs ont relevé une empreinte ADN de Bilal Hadfi, un des trois kamikazes qui s’est fait exploser aux abords du Stade de France. Une empreinte digitale de Salah Abdeslam, toujours en fuite deux mois après les attaques, y a également été découverte.

La perquisition effectuée le 10 décembre dans l’appartement de Schaerbeek a permis “la découverte de matériel destiné à la préparation d’explosifs, d’une balance de précision, de traces de TATP, de ceintures ventrales ainsi que d’un schéma dessiné à la main décrivant un personnage portant une large ceinture à la taille”, précise le parquet.

Dans l’appartement de Charleroi, perquisitionné le 9 décembre, les enquêteurs ont trouvé des empreintes digitales de Bilal Hadfi et d’Abdelhamid Abaaoud, le Belge d’origine marocaine considéré comme le chef opérationnel des commandos du 13 novembre qui a trouvé la mort dans l’assaut donné par les forces de sécurité contre un appartement de Saint-Denis le 18 novembre.

A Auvelais, des matelas ont été saisis. “Ni arme ni explosif n’ont été découverts”, précise le parquet fédéral.

Les enquêteurs ont en outre établi qu’un des véhicules utilisés le 13 novembre, la Seat noire à bord de laquelle se déplaçaient les “tueurs des terrasses”, est “passé à proximité immédiate des logements de Charleroi et d’Auvelais”.

Une autre voiture louée par un suspect, une BMW, a été signalée, elle, à proximité des trois résidences.

“De nombreuses traces prélevées lors de ces trois perquisitions sont toujours en cours d’exploitation”, précise le communiqué du parquet fédéral.

Philip Blenkinsop, Henri-Pierre André pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below