January 11, 2016 / 4:53 PM / 2 years ago

Premiers logements en dur ouverts à Calais pour les migrants

CALAIS (Reuters) - Les premiers logements modulaires destinés à accueillir les migrants du bidonville de Calais vont ouvrir lundi soir et devraient recevoir à la fin du mois 1.500 migrants, a annoncé lundi Fabienne Buccio, préfète du Pas-de-Calais.

Les premiers logements modulaires destinés à accueillir les migrants du bidonville de Calais devaient ouvrir lundi soir et devraient recevoir à la fin du mois de janvier 1.500 migrants. Chaque bloc peut accueillir une douzaine de lits, est chauffé et dispose de prise de courant, sans autre équipement. /Photo prise le 11 janvier 2016/REUTERS/Benoît Tessier

“Les personnes les plus vulnérables seront logées dès ce soir dans des structures en dur, nous ouvrirons tous les soirs des places supplémentaires pour atteindre 1.500 à la fin du mois de janvier”, a-t-elle dit.

    Il s’agit de conteneurs ressemblant à des blocs modulables comme il en existe sur les chantiers de construction. Chaque bloc accueille une douzaine de lits, ils sont chauffés et disposent de prise de courant, sans autre équipement.

Ces logements sont installés dans la “jungle” de Calais, le bidonville dans lequel s’entassent actuellement environ 4.000 migrants, selon les chiffres de la préfecture.

    Une barrière délimitera et sécurisera le site et les accès y seront contrôlés.

L’Etat espère une baisse du nombre de migrants présents sur le site, “avec 400 places dans l’accueil de nuit pour les femmes et les enfants et les 1.500 places ouvertes dans ce centre d’accueil, environ 2.000 migrants pourront être accueillis”, a dit Fabienne Buccio.

“Ils n’ont pas vocation à rester à Calais”, a-t-elle dit.

    La construction de ce camp en dur avait été annoncée par Manuel Valls lors de sa dernière visite à Calais.

    A 40 kilomètres de là, à Grande-Synthe, dans la banlieue de Dunkerque, le maire, Damien Carême, a annoncé que la ville et l’ONG “Médecins sans frontière” allait installer avec l’accord de l’Etat un camp d’accueil aux normes internationales.

“Nous allons nous organiser avec MSF pour recevoir dans des conditions dignes les migrants et répondre à une urgence”, a-t-il expliqué.

    Environ 2.500 migrants sont actuellement regroupés dans des conditions sanitaires encore pires qu’à Calais, sur un terrain vague boueux. Dans ce camp, qui ne comptait que quelques dizaines de migrants il y a quelques mois, sont rassemblés de nombreux Kurdes.

La ville et MSF espèrent installer suffisamment de tentes chauffées pour les loger dans les semaines à venir.    

Pierre Savary, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below