November 17, 2015 / 12:11 PM / in 3 years

La CE serait prête à donner des marges budgétaires à la France

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne pourrait faire preuve de souplesse envers la France en matière de déficit pour prendre en compte l’augmentation des dépenses liées à la sécurité après les attentes de Paris, a déclaré mardi le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Pierre Moscovici.

Selon le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Pierre Moscovici, la Commission européenne pourrait faire preuve de souplesse envers la France en matière de déficit pour prendre en compte l'augmentation des dépenses liées à la sécurité après les attentes de Paris. /Photo d'archives/REUTERS/Dado Ruvic

Le président français, François Hollande, a annoncé lundi au Congrès un surcroît de dépenses liées à la sécurité en déclarant que “le pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité”, ce qui laisse entendre que Paris pourrait remettre en causes ses engagements en matière de maîtrise des déficits.

“Une chose est claire dans les circonstances actuelles, c’est le fait que dans ce moment terrible, la protection des citoyens, la sécurité des citoyens en France et en Europe est la priorité”, a dit Pierre Moscovici, lui-même ancien ministre français des Finances.

Il s’exprimait lors d’une conférence de presse sur les avis de la Commission concernant les projets de budget des 19 Etats membres de la zone euro, avis établis avant les attentats de vendredi.

Pierre Moscovici a ajouté que les règles budgétaires communes autorisaient la flexibilité nécessaire pour permettre aux Etats de faire face à des “circonstances inattendues” mais il a précisé que Bruxelles réévaluerait le budget français en prenant en compte les nouvelles dépenses.

Il est trop tôt pour évaluer l’impact de ces annonces sur la “trajectoire budgétaire” de la France, a-t-il dit.

De son côté, le vice-président de la Commission Valdis Dombrovskis a déclaré lors de la même conférence de presse que la France disposait de marges de manoeuvre dans le cadre des règles budgétaires européennes.

Le projet de budget 2016 présenté fin septembre par le gouvernement français prévoyait un déficit équivalant à 3,3% du produit intérieur brut (PIB) après 3,8% attendu pour 2015.

Alastair Macdonald; Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below