November 13, 2015 / 8:25 PM / 3 years ago

Le bourreau britannique de l'EI probablement tué en Syrie

WASHINGTON/BEYROUTH (Reuters) - Le djihadiste britannique Mohamed Emwazi, surnommé “Jihadi John”, a probablement été tué jeudi lors d’un raid aérien américain à Rakka dans le nord de la Syrie, rapportent les autorités américaines et britanniques.

Le djihadiste britannique Mohamed Emwazi, surnommé "Jihadi John", qui a pris part aux vidéos montrant l'exécution de plusieurs otages occidentaux, a probablement été tué jeudi lors d'un raid aérien américain à Rakka dans le nord de la Syrie, selon les autorités américaines et britanniques. /Image diffusée le 26 février 2015//REUTERS/SITE Intel Group

“Je peux vous dire avec certitude que la frappe a été un succès, mais comme nous n’avons pas encore l’information, nous explorons toutes les voies possibles pour confirmer son décès”, a déclaré le secrétaire au Foreign Office, Philip Hammond, lors d’un déplacement à Prague.

Côté américain, on juge également probable la mort de Mohamed Emwazi sans pouvoir encore en apporter la preuve formelle. Le Pentagone se dit ainsi “raisonnablement certain” de la mort de l’activiste, connu pour ses apparitions comme bourreau dans les vidéos de propagande de l’EI, grâce aux renseignements obtenus sur le terrain.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), qui dispose d’un réseau d’informateurs en Syrie, a déclaré qu’un dirigeant “britannique” de l’Etat islamique, qu’il ne nomme pas, avait été tué en même temps que trois autres chefs djihadistes étrangers lors du raid.

“Un véhicule transportant quatre dirigeants étrangers de l’Etat islamique, y compris un djihadiste britannique, a été touché par une frappe aérienne américaine juste après le siège du gouvernorat dans la ville de Rakka”, précise Rami Abdulrahman, directeur de l’OSDH.

Dans un premier temps, Rami Abdulrahman a déclaré que “toutes” ses sources faisaient état de la présence d’un important djihadiste britannique à l’hôpital de Rakka. Mais il a par la suite cité les mêmes sources selon lesquelles les corps des quatre djihadistes auraient été réduits en miettes lors du raid.

“ACTE D’AUTO-DÉFENSE”

Mohammed Emwazi né au Koweït en 1988. Il a rejoint la Grande-Bretagne avec sa famille à l’âge de six ans et a obtenu un diplôme de programmeur informatique à Londres.

Le gouvernement britannique le soupçonne d’avoir été membre du groupe qui avait planifié des attentats dans le métro de Londres deux semaines après les attentats du 7 juillet 2005 qui ont fait 52 morts.

Plusieurs vidéos du mouvement djihadiste le montrent décapitant des otages occidentaux après s’être exprimé en anglais avec l’accent britannique, ce qui lui valu son surnom.

Il a pris part aux vidéos montrant l’exécution des journalistes américains Steven Sotloff et James Foley, l’humanitaire américain Abdul-Rahman Kassig et les humanitaires britanniques David Haines et Alan Henning, le journaliste japonais Kenji Goto et d’autres otages.

S’exprimant devant sa résidence du 10, Downing Street, le Premier ministre britannique David Cameron a décrit Mohamed Emwazi comme un “meurtrier barbare” qui “représentait une menace grave et permanente pour des civils innocents, pas seulement en Syrie mais dans le monde entier, pour le Royaume-Uni également”.

“Si cette frappe a été un succès - et nous en attendons toujours confirmation - ce sera un coup porté au coeur de l’EI”, a-t-il dit face aux caméras de télévision.

“Cela démontrera à ceux qui veulent nuire à la Grande-Bretagne, à son peuple et à ses alliés, que nous avons des moyens étendus, une détermination inébranlable et que nous n’oublions jamais nos concitoyens.”

Il a ajouté que la frappe aérienne américaine était le résultat d’un effort coordonné entre Américains et Britanniques et constituait un “acte d’auto-défense”. “C’était la bonne chose à faire”, a-t-il dit.

Selon deux hauts responsables turcs, un complice présumé de “Jihadi John” a été appréhendé à Istanbul. Il s’agirait d’Aine Lesley Davis, un islamiste britannique qui aurait été assigné à la garde de prisonniers étrangers en Syrie.

Avec Phil Stewart et Mark Hosenball; Patrick Vignal et Jean-Stéphane Brosse pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below