October 3, 2015 / 1:16 PM / 3 years ago

Le Vatican sanctionne un prêtre polonais qui a révélé être gay

Le Vatican a démis de ses fonctions un prêtre polonais qui dévoile, dans un entretien publié samedi par un journal italien, son homosexualité afin, explique-t-il, d'inciter l'Eglise catholique à assouplir sa position sur ce sujet. Le père Krzystof Charamsa, 43 ans, a été écarté du poste qu'il occupait depuis 2003 à la Congrégation pour la doctrine de la foi. /Photo prise le 3 octobre 2015/REUTERS/Alessandro Bianchi

CITE DU VATICAN (Reuters) - Le Vatican a démis de ses fonctions un prêtre polonais qui a dévoilé son homosexualité, dans un entretien publié samedi par un journal italien, afin, explique-t-il, d’inciter l’Eglise catholique à assouplir sa position sur ce sujet.

Le père Krzystof Charamsa, un théologien de 43 ans, a été écarté du poste qu’il occupait depuis 2003 au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Dans le Corriere della Sera, le religieux révèle qu’il entretient une relation avec un partenaire. “Il est temps que l’Eglise ouvre les yeux face aux gays catholiques et comprenne que la solution qu’elle leur propose - une abstinence totale dans une vie sans amour - est inhumaine”, dit-il.

Cette affaire intervient à la veille de l’ouverture du synode de l’Eglise catholique dimanche à Rome et après une visite du pape aux Etats-Unis la semaine passée au cours de laquelle il a rencontré une fonctionnaire du Kentucky, Kim Davis, condamnée à une peine de prison en septembre pour avoir refusé d’appliquer un arrêt de la Cour suprême et d’établir des certificats de mariage pour des personnes de même sexe.

Le Saint-Siège a annoncé que le père Charamsa était écarté de ses fonctions tout en précisant que cette décision n’avait rien à voir avec les révélations faites sur sa situation personnelle qui “mérite le respect”. Les autorités religieuses estiment néanmoins que l’interview accordée par le prêtre est “grave et irresponsable” compte tenu du moment où elle est publiée. Le Vatican juge que cela va faire peser “une pression médiatique inutile” sur le synode.

S’exprimant devant la presse, le religieux polonais a expliqué avoir voulu “faire un bruit énorme pour le bien de l’Eglise” et pour appliquer “une bonne pression chrétienne” afin que le synode n’oublie pas les croyants homosexuels.

“Cette décision était très personnelle et elle a été prise dans une Eglise catholique qui est homophobe et très dure (à l’égard des gays)”, a-t-il ajouté. “On ne peut pas continuer à faire preuve de mépris et à insulter les homosexuels”.

“J’ai demandé au pape d’être fort et de nous considérer, nous homosexuels, lesbiennes, transsexuels et bisexuels comme des enfants de l’Eglise et des membres de l’humanité”, a-t-il poursuivi.

Le prêtre a suggéré que soit conduite une étude afin de déterminer combien de gays travaillent actuellement au Vatican.

Philip Pullella, Pierre Sérisier pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below