September 30, 2015 / 1:26 PM / 3 years ago

La Russie passe à l'action en Syrie, alarme en Occident

MOSCOU/WASHINGTON (Reuters) - La Russie est passée à l’action militaire mercredi en Syrie, menant une vingtaine de raids aériens contre, dit-elle, des intérêts de l’Etat islamique, une initiative qui alarme les Occidentaux qui n’ont pas été prévenus et doutent des motivations de Vladimir Poutine.

Chasseurs-bombardiers Sukhoi SU-25. La Russie est passée à l'action militaire mercredi en Syrie, menant une vingtaine de raids aériens contre, dit-elle, des intérêts de l'Etat islamique, une initiative qui alarme les Occidentaux qui n'ont pas été prévenus et doutent des motivations de Vladimir Poutine. /Photo prise le 2 août 2015/REUTERS/Maxim Shemetov

Cette intervention des avions russes fait suite au feu vert donné quelques heures plus tôt à l’unanimité par la chambre haute du Parlement russe, le Conseil de la fédération, à une opération militaire en Syrie. La précédente autorisation du Parlement russe au déploiement de troupes à l’étranger avait coïncidé avec l’annexion de la Crimée, en mars 2014.

Cette approbation parlementaire est survenue deux jours après un appel lancé à la tribune de l’Onu par Vladimir Poutine à la création d’une coalition élargie en Syrie contre l’EI. Les Occidentaux, qui frappent déjà l’organisation djihadiste depuis l’été 2014 en Irak comme en Syrie, soupçonnent le Kremlin de vouloir avant tout réhabiliter Bachar al Assad.

Vladimir Poutine est venu expliquer devant les journalistes réunis au Kremlin que ces opérations n’avaient qu’une ampleur limitée et qu’il espérait que le président syrien se montrerait réceptif à une solution politique de compromis.

“Une solution définitive à long terme n’est possible en Syrie que sur la base d’une réforme politique et sur la base d’un dialogue entre les forces normales du pays”, a-t-il déclaré. “Je sais que le président Assad comprend cela et qu’il est prêt à un tel processus. Nous espérons qu’il sera actif et souple et qu’il sera prêt au compromis au nom de son pays et de son peuple”.

L’intervention russe est une réponse directe à une demande du pouvoir syrien après une série de revers ces derniers mois qui fragilisaient sa position.

GESTE “AGRESSIF”

La télévision nationale syrienne a fait état d’au moins sept secteurs visés, notamment dans les provinces de Homs et de Hama, situées entre Damas et la côte méditerranéenne de la Syrie.

Le chef de l’opposition syrienne soutenue par les Occidentaux, Khaled Khodja, a déclaré que 36 civils avaient été tués dans des zones dont l’Etat islamique et le Front al Nosra lié à Al Qaïda étaient absents.

Le département de la Défense américain surveille l’activité militaire russe en Syrie mais n’a pas encore déterminé quelles cibles avaient été touchées, a indiqué le porte-parole de la Maison blanche, Josh Earnest.

A l’Onu, Le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond, a lui aussi souhaité une confirmation que ces raids visaient des intérêts de l’EI et des groupes liés à Al Qaïda et non des opposants syriens modérés au régime d’Assad.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a affirmé que les “premières indications” montraient que les zones touchées “n’étaient pas contrôlées par Daech”.

Le Pentagone a jugé que cette entrée en action unilatérale de la Russie constituait un geste “agressif”. “Ce qui s’est passé ce matin nous a alarmés”, a déclaré le secrétaire adjoint à la Défense, Robert Work, lors d’une audience devant un commission parlementaire. “Ce que les deux présidents (Obama et POutine) ont convenu, c’est que nos armées se parlent pour éviter les situations conflictuelles”.

MOSCOU REFUTE LES SOUPCONS OCCIDENTAUX

Moscou a réfuté les soupçons et les accusations des Occidentaux sur la nature des cibles visées, le ministère russe de la Défense les qualifiant de “distorsion des faits”.

Une vingtaine de frappes ont été conduites, dit-il, et elles ont permis la destruction de huit postes de commandement et centres opérationnels de l’EI dans des zones montagneuses sans toucher d’infrastructures civiles.

Les Occidentaux voient dans cette intervention une opération de sauvetage du régime de Bachar al Assad dont Moscou affirme qu’il doit être associé à un règlement politique, scénario que certains pays, comme les Etats-Unis et la France, refusent.

Selon un responsable américain, des frappes russes ont eu lieu dans la région d’Al Ghab dans la province d’Hama où les djihadistes ne tiennent pas de positions.

La ville de Homs ainsi que celle de Talbiseh, un peu plus au nord, ont été prises pour cibles, a précisé un autre responsible américain. Ces régions de Damas à la Méditerraniée constituent ce que le gouvernement d’Assad considère comme la Syrie essentielle et n’abritent pas d’unités de l’EI.

Des habitants et des insurgés ont déclaré que les zones de la province de Homs bombardées par les Russes étaient contrôlées par différents groupes rebelles, dont plusieurs opèrent sous la bannière de l’Armée syrienne libre

Sergueï Ivanov, secrétaire général du Kremlin, a précisé que les opérations russes seraient limitées dans le temps, et il a exclu tout envoi de troupes au sol. Selon lui, la Russie n’intervient que pour protéger ses propres intérêts en Syrie, où elle dispose depuis l’ère soviétique d’une base navale à Tartous, son seul accès direct à la Méditerranée.

La Russie est engagée depuis cet été dans un renforcement de sa présence militaire en Syrie, où elle soutient le régime Assad, menacé par l’EI mais aussi par d’autres groupes rebelles, qui ont progressé ces derniers mois dans le centre, avec la chute de Palmyre, mais aussi dans le nord-ouest du pays en s’emparant de la province d’Idlib.

Jean-Philippe Lefief, Eric Faye et Pierre Sérisier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below