September 30, 2015 / 7:00 AM / 3 years ago

Nadine Morano maintient ses propos sur la "race blanche"

PARIS (Reuters) - Nadine Morano, condamnée dans son propre camp pour avoir affirmé que la France est un pays de “race blanche”, a déclaré mercredi qu’elle maintenait ses propos et a accusé les prétendants à la primaire de chercher à la “dézinguer”.

Nadine Morano, condamnée dans son propre camp pour avoir affirmé que la France est un pays de "race blanche", a déclaré qu'elle maintenait ses propos et a accusé les prétendants à la primaire de chercher à la "dézinguer". /Photo d'archives/REUTERS/Benoît Tessier

“Evidemment que je maintiens mes propos”, a dit l’eurodéputée (Les Républicains) sur Europe 1. “Je ne retirerai pas mes propos”.

Nadine Morano, qui a annoncé début septembre sa candidature à la primaire présidentielle de la droite et du centre de 2016, a estimé que “les candidats et que leurs snipers, leurs porte-flingues, étaient de sortie pour venir instrumentaliser mes propos”.

“Je déplore qu’on ait instrumentalisé ces propos notamment de la part d’Alain Juppé”, a-t-elle souligné. “Il faut dézinguer les petits concurrents”.

Disant avoir le soutien de “beaucoup de parlementaires”, elle a exclu de renoncer à conduire la liste de la droite et du centre en Meurthe-et-Moselle pour les régionales de décembre, comme l’en pressent ses colistiers.

“Chacun devrait baisser en température”, a lancé Nadine Morano.

Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below