September 25, 2015 / 10:25 AM / 3 years ago

Le HCR ne voit pas l'afflux de migrants en Europe ralentir

GENEVE (Reuters) - L’afflux actuel de migrants arrivant en Europe est d’environ 8.000 personnes par jour et ce nombre ne devrait pas diminuer, a estimé Amin Aouad, coordinateur régional du Haut Commissariat de l’Onu pour les réfugiés (HCR), vendredi.

Migrants attendant de monter dans un train après avoir passé la frontière entre la Grèce et la Macédoine, près de Gevgelija. L'afflux actuel de migrants arrivant en Europe est d'environ 8.000 personnes par jour et ce nombre ne devrait pas diminuer, a estimé Amin Aouad, coordinateur régional du Haut Commissariat de l'Onu pour les réfugiés (HCR). /Photo prise le 8 septembre 2015/REUTERS/Stoyan Nenov

Le phénomène auquel on assiste pourrait n’être que “la partie émergée de l’iceberg”, a-t-il ajouté.

“Je ne vois pas cela diminuer. Je ne vois pas cela s’arrêter”, a poursuivi Amin Aouad. “Tant qu’il n’y aura pas de solution pour la Syrie, tant qu’il n’y aura pas de stabilisation dans la situation des réfugiés dans les pays voisins, il faudra faire des efforts”.

Le coordinateur a estimé que la communauté internationale devait s’unir pour adopter une approche globale, laissant entendre que l’arrêt de la guerre en Syrie incombait aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu.

“Les gouvernements qui peuvent faire une différence sont les gouvernements qui disposent d’une influence sur le sort de la politique et de la sécurité dans notre monde aujourd’hui”, a-t-il jugé.

Le dirigeant onusien a salué la décision de l’Union européenne d’allouer un milliard d’euros au titre d’une aide humanitaire en faveur des réfugiés tout en jugeant que cet effort demeurait insuffisant.

Les Nations unies se préparent également à une dégradation des conditions de vie des populations civiles en Irak.

Selon Dominik Bartsch, coordinateur adjoint de l’Onu pour les questions humanitaires en Irak, quelque 10 millions de personnes auront besoin d’une assistance humanitaire d’ici la fin de l’année dans ce pays où 3,2 millions de personnes ont été déplacées en raison de la guerre.

Quelque 500.000 civils pourraient être déplacés dans la ville de Mossoul si les forces gouvernementales irakiennes tentent de reprendre cette agglomération passée sous le contrôle de l’Etat islamique, estime-t-il.

Tom Miles; Pierre Sérisier pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below