September 1, 2015 / 5:03 PM / 3 years ago

L'épisode climatique actuel d'El Niño particulièrement puissant

GENEVE (Reuters) - Le phénomène météorologique El Niño actuellement en cours devrait atteindre son paroxysme entre octobre et janvier et pourrait devenir le plus puissant jamais observé, a déclaré mardi l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

A Novaleta, au sud de Manille, aux Philippines en mai dernier. Le phénomène météorologique El Niño actuellement en cours, qui se caractérise par des températures anormalement élevées de l'eau dans dans le centre-est du Pacifique tropical, devrait atteindre son paroxysme entre octobre et janvier et pourrait devenir le plus puissant jamais observé, déclare mardi l'Organisation météorologique mondiale (OMM). /Photo prise le 26 mai 2015/REUTERS/Romeo Ranoco

Les prévisions des modèles et les avis des experts donnent à penser que la température de l’eau en surface dans le centre-est du Pacifique tropical va probablement dépasser la normale de 2°Celsius et l’actuel El Niño pourrait donc faire partie des quatre épisodes les plus intenses observés depuis 1950, selon l’OMM.

En général, l’air chaud au-dessus de la partie orientale du Pacifique entraîne des précipitations plus fortes sur la côte ouest de l’Amérique latine et des sécheresses en Océanie et en Asie du Sud-Est, a dit Maxx Dilley, directeur de la division des prévisions climatiques à l’OMM.

El Niño peut aussi provoquer des pluies abondantes voire des inondations dans la Corne de l’Afrique mais des conditions plus sèches dans la partie sud de l’Afrique, a-t-il ajouté.

L’impact du phénomène dans l’hémisphère Nord est difficile à prévoir en raison des conséquences du réchauffement de l’Arctique sur le courant aérien au-dessus de l’Atlantique.

“La vérité, c’est que nous ne savons pas ce qui va se produire. Les deux phénomènes vont-ils se renforcer? S’annuleront-ils l’un l’autre? Vont-ils agir par séquences? Auront-ils des impacts régionaux? Nous ne savons vraiment pas”, a dit David Carlson, directeur du programme de recherches sur le climat mondial.

“Je crois que nous pensons tous que des signes du réchauffement climatique commencent à se manifester dans l’observation d’El Niño”, a-t-il ajouté.

Selon lui, on ignore l’impact du réchauffement climatique sur la fréquence ou l’intensité du phénomène El Niño.

Depuis 1950, des épisodes particulièrement intenses ont été observés en 1972-73, 1982-83 et 1997-98.

Tom Miles; Bertrand Boucey pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below