August 11, 2015 / 6:27 AM / 3 years ago

Nouveau rassemblement à Ferguson malgré l'état d'urgence

par Carey Gillam et Scott Malone

Des affrontements ont éclaté tôt mardi matin entre la police et des manifestants qui sont descendus dans les rues de Ferguson, dans la banlieue de St Louis (Missouri), malgré l'état d'urgence déclaré par les autorités après de précédentes violences. /Photo prise le 11 août 2015/REUTERS/Lucas Jackson

FERGUSON, Missouri (Reuters) - Des affrontements ont éclaté tôt mardi matin entre la police et des manifestants qui sont descendus dans les rues de Ferguson, dans la banlieue de St Louis (Missouri), malgré l’état d’urgence déclaré par les autorités après de précédentes violences.

Environ 200 protestataires, certains brandissant des banderoles, se sont regroupés dans une rue proche du lieu où Michael Brown, un adolescent noir non armé, a été abattu de plusieurs balles le 9 août 2014 par un policier blanc.

Des policiers portant des équipements anti-émeutes ont mené aux alentours de minuit une charge contre la foule. On pouvait alors entendre des cris et voir des manifestants fuir devant l’avancée des forces de l’ordre.

Vingt-trois personnes ont été arrêtées, certaines pour avoir lancé des bouteilles d’eau glacée et des pierres en direction des hommes déployés, selon la police du comté de St Louis.

Dimanche, au terme d’un week-end de rassemblements pacifiques, des coups de feu ont éclaté dans la nuit entre manifestants et forces de l’ordre, incitant le comté de St Louis à déclarer l’état d’urgence pour prévenir de nouveaux incidents. Un homme grièvement blessé par balles a été inculpé de violences contre la police.

Alors que des militants avaient appelé à des actions de désobéissance civile lundi, plusieurs manifestations ont eu lieu.

La police a appréhendé une soixante de personnes ayant franchi des barrières pour pénétrer dans un tribunal de St Louis, dont ils ont bloqué l’accès, a déclaré le parquet du district est du Missouri.

Parmi les personnes interpellées figurait le célèbre militant des droits civiques et professeur de l’université de Princeton Cornel West, selon un organisateur.

“COMME AVANT”

Dans l’après-midi, plusieurs dizaines de manifestants ont également été interpellés alors qu’ils perturbaient la circulation sur l’Interstate 70, à quelques km de Ferguson.

Dans la soirée, environ 200 personnes ont défilé dans les rues aux cris de “C’est à ça que ressemble la démocratie” et “Black Lives Matter” (La vie des Noirs compte), le cri de ralliement des militants des droits civiques depuis le drame de l’an dernier.

Selon les manifestants, les relations entre la police et la population n’ont quasiment pas changé depuis un an.

“Ils se comportent comme avant et nient nos droits”, a par exemple déclaré Roberta Lynch, résidente de Ferguson. “Il faut qu’ils nous laissent plus de place”, a-t-elle ajouté.

Les rassemblements ont pris une autre tournure à la tombée de la nuit: des accrochages entre manifestants et policiers en tenue anti-émeute ont été signalés et des drones ont survolé la ville.

Mardi, à l’aube, la plupart des manifestants avaient déserté les lieux et la circulation a pu reprendre.

La mort de Michael Brown et la décision d’un grand jury de ne retenir aucune charge criminelle à l’encontre de Darren Wilson, le policier qui l’a tué, ont déclenché une vague de manifestations parfois violentes dans de nombreuses villes des Etats-Unis et ouvert un débat sur les violences policières à l’encontre des minorités et la question raciale.

Jean-Stéphane Brosse et Simon Carraud pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below