July 20, 2015 / 11:19 AM / 3 years ago

Attentat suicide meurtrier en Turquie, l'EI mis en cause

SURUC, Turquie (Reuters) - Un attentat suicide imputé à l’Etat islamique (EI) a fait au moins 30 morts et une centaine de blessés lundi devant un centre culturel de la ville turque de Suruc, à quelques kilomètres de la frontière syrienne.

Une explosion lundi devant un centre culturel de la ville turque de Suruc, à quelques kilomètres de la frontière syrienne, a fait au moins 28 morts et une centaine de blessés. Selon deux hauts responsables turcs, les premiers éléments de l'enquête accréditent la thèse d'un attentat suicide commis par les djihadistes de l'Etat islamique. /Photo prise le 20 juillet 2015/REUTERS/Ozcan Soysal/Depo Photos

Les premiers éléments de l’enquête accréditent la thèse d’un attentat suicide commis par les djihadistes de l’EI, ont déclaré à Reuters deux hauts responsables turcs.

En visite à Chypre, le président turc Recep Tayyip Erdogan a condamné les responsables de cet “attentat terroriste”. “Le terrorisme n’a pas de religion, pas de pays, pas de race”, a-t-il dit.

Le Premier ministre Ahmed Davutoglu a également mis en cause l’EI, soulignant que la Turquie prenait et continuerait à prendre toutes les mesures nécessaires pour combattre ce groupe. Il a ajouté que les mesures de sécurité à la frontière syrienne allaient être renforcées.

D’après le quotidien turc Hurriyet, l’attentat a été commis par une jeune fille de 18 ans.

Pervin Buldan, une députée du parti pro-kurde HDP, a précisé que l’explosion s’était produite lors d’un rassemblement de jeunes, turcs et kurdes, qui s’apprêtaient à se rendre à Kobani, ville kurde de l’autre côté de la frontière syrienne qui a été le théâtre de violents combats entre forces kurdes et combattants de l’EI.

“Des jeunes, turcs et kurdes, étaient là pour se rendre à Kobani et trois ou quatre jours d’activités étaient prévus”, a-t-elle dit à Reuters.

Une vidéo diffusée sur Facebook par un des groupes réunis à Suruc montre une vingtaine de personnes allongées sur le sol, certaines vivantes et d’autres tentant de leur venir en aide.

Majoritairement habitée par des Kurdes, Suruc n’est qu’à une dizaine de kilomètres de la ville syrienne de Kobani, où une explosion s’est également produite lundi.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une voiture piégée a visé un point de contrôle des miliciens kurdes de l’YPG (Unités de protection du peuple).

Un responsable kurde à Kobani a affirmé pour sa part que des explosions avaient été entendues dans la ville-frontière lors d’une opération menée pour détruire des charges laissées par les djihadistes avant leur retraite.

Avec Orhan Coskun, Dasha Afanasieva, Ayla Jean Yackley, Daren Butler et Tom Perry; Nicolas Delame et Guy Kerivel pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below