July 7, 2015 / 7:49 AM / 3 years ago

Vols dans un dépôt de munitions de l'armée de terre à Miramas

MARSEILLE (Reuters) - Une enquête a été ouverte mardi après le vol de munitions et d’explosifs constaté lundi sur le site militaire de Miramas (Bouches-du-Rhône), non loin de Marseille, a annoncé le procureur de Marseille, Brice Robin.

Gendarmes près du périmètre de la base militaire de Miramas. Une enquête a été ouverte mardi après le vol de munitions et d'explosifs constaté lundi sur ce site militaire proche de Marseille. /Photo prise le 7 juillet 2015/REUTERS/Philippe Laurenson

Près de 180 détonateurs, une dizaine de pains de plastique et une quarantaine de grenades ont été volés dans un dépôt de munitions de l’armée de terre sur ce site, avait-on appris plus tôt de source proche de l’enquête, confirmant une information d’Europe 1. Huit ou neuf bâtiments du site de Miramas auraient été “visités”.

Le ministère de la Défense dit dans un communiqué avoir ordonné une enquête de commandement “pour analyser les faits, l’organisation et les éventuelles responsabilités”.

Le ministre, Jean-Yves Le Drian, a également demandé une évaluation en interne de la protection de tous les sites militaires de stockage de munitions afin de proposer, sous quinzaine, “les mesures correctrices qui s’imposeraient.”

Le site de Miramas est une plateforme logistique pour les opérations extérieures de l’armée de terre.

L’enquête, pour vol avec effraction commis en bande organisée et introduction frauduleuse dans une enceinte militaire, a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie nationale de Marseille et à l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale, précise le procureur de Marseille dans un communiqué.

“De nombreux moyens ont été mis en oeuvre incluant la mobilisation du groupement de gendarmerie départementale des Bouches-du-Rhône ainsi que celle d’un escadron de gendarmerie mobile”, dit-il.

Le parquet de Marseille a été saisi au titre de sa compétence pour les affaires pénales militaires sur le ressort des trois cours d’appel d’Aix-en-Provence, Nîmes et Bastia.

François Revilla, avec Nicolas Bertin et Chine Labbé à Paris

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below